header

Dernière mise à jour : 02/10/2014

LES DERMATOPHYTOSES (TEIGNES) ( Mise à jour : 21/09/2010)
Par le Dr Julien Goin

Une dermatophytose (ou teigne) est une affection cutanée causée par la prolifération d’un champignon microscopique (dermatophyte) au niveau de la peau et des poils.

Etiologie

Cette affection touche majoritairement les jeunes lapins issus d’élevage ou d’animalerie. Le champignon mis en cause est le plus souvent Trichophyton mentagrophytes, ou parfois Microscoporum canis.

Cette affection est contagieuse et touche de nombreux autres animaux (rongeurs, chiens, chats). Il s’agit d’une zoonose : cette maladie est transmissible à l’homme par contact et se présente sous la forme de plaques rouges et rondes sur les bras, le cou, etc.

Symptomatologie

Le lapin présente des zones de dépilation sur la tête, les oreilles et les pattes. En l’absence de surinfection, cette affection n’est pas prurigineuse (le lapin ne se gratte pas).

Photos 01 à 05: teigne affectant le museau, les oreilles et l’extrémité des membres postérieurs.

Diagnostic

On peut mettre en évidence le champignon :
- par examen en lumière de Wood : le lapin est examiné dans le noir complet à l’aide d’une lampe faisant apparaître par fluorescence certains champignons. Cette technique peut aider à orienter le diagnostic dans un premier temps, mais l’agent principal de la teigne, Trichophyton mentagrophytes, n’est pas fluorescent à la lumière de Wood,
Photo 06 : lumière de Wood.


- par une culture mycologique : un prélèvement de poils et de squames est envoyé dans un flacon stérile à un laboratoire pour mise en culture, celle-ci pouvant demander plusieurs semaines,
Photo 07 : prélèvement de poils en tube stérile destiné à une culture mycologique.


- par une analyse histologique : une biopsie est réalisée et analysée sous microscope par un laboratoire d’histologie. La réalisation de la biopsie nécessite l’anesthésie du lapin.
Photo 08 : réalisation de deux biopsies en vue d’une recherche de teigne par analyse histologique.

Traitement

Le traitement met en jeu l’administration d’un antifongique, par voie générale et/ou locale (en application, quatre fois à quatre jours d’intervalle). L’obtention d’une culture fongique négative est un critère important dans la décision d’arrêt du traitement. Il est conseillé de traiter en prévention tous les congénères en contact proche avec le lapin malade.