header

Dernière mise à jour : 24/03/2017

PODODERMATITE (Mise à jour : 22/02/2012)
Par le Dr Julien Goin

La pododermatite est une inflammation de la peau (-dermatite) du dessous des pattes (podo-). Cette affection est fréquente chez le lapin de compagnie, notamment en raison de la fragilité de sa voûte plantaire, qui ne possède pas de coussinets et est protégée uniquement par une épaisse couche de poils. Elle n’est pas contagieuse et ne présente aucun risque pour l’être humain. En revanche, elle est souvent détectée tardivement et son traitement peut alors être long et difficile.

Facteurs prédisposants

Plusieurs facteurs participent à l’apparition de cette maladie :

- l’inactivité (cage trop petite, lapin restant confiné dans sa cage, lapin peu actif passant son temps en « poule »),
- le surpoids et l’obésité,
- une litière inadaptée (irritante, humide, insuffisamment nettoyée…),
- les surfaces irritantes (tapis, moquettes…),
- un appui incorrect lors de maladie osseuse ou articulaire touchant les pattes, le bassin ou les lombaires.

Ces facteurs entraînent une irritation cutanée ou un appui anormalement prolongé des os contre la peau. Cette maladie est essentiellement liée à la captivité : les lapins sauvages, qui ont une activité physique plus intense et se déplacent sur des supports souples (herbe, terre, plantes…), ne sont généralement pas touchés.

Symptomatologie

Le symptôme principal est une inflammation du dessous des pattes : les poils tombent et la peau devient rouge, chaude, molle puis s’ulcère. On distingue trois stades :

- stade 1 : inflammation touchant l’épiderme sous forme de petites zones rondes,
- stade 2 : inflammation touchant l’épiderme et le derme sous forme d’ulcères,
- stade 3 : inflammation touchant l’épiderme, le derme, les tendons musculaires, voire l’os.

Les pattes arrières, et notamment la région des métatarses, sont les plus fréquemment atteintes en raison de la présence d’importantes protubérances osseuses. Généralement, une infection bactérienne secondaire est présente dans les stades 2 et 3, pouvant se caractériser par l’apparition de suintements ou de pus. Cette maladie est souvent détectée tardivement, ou fortuitement lors d’un bilan de santé ou d’une consultation vaccinale.

Traitement

Le traitement dépend du stade. Au stade 1, l’administration d’une pommade ou d’un spray tannant, destiné à épaissir la peau, peut suffire. Aux stades 2 et 3, un traitement antibiotique et anti-inflammatoire peut être administré par voie locale (pommade ou spray) et générale. Un nettoyage chirurgical des plaies, des tendons et de l’os est parfois nécessaire. Plus le stade est avancé, plus le pronostic est réservé et plus le traitement est long et difficile. Cette maladie ayant tendance à récidiver, il est indispensable de rechercher et d’éliminer les facteurs favorisants : favoriser l’activité en augmentant la taille de la cage, en laissant plus de liberté au lapin et en lui proposant des jeux et des jouets ; limiter la prise de poids en donnant une alimentation riche en fibres et pauvre en granulés et en friandises ; changer le type de litière utilisée (ex : remplacer les copeaux de bois par du foin ou du chanvre) ; etc.

Différents stades de pododermatite du membre antérieur droit :


Différents stades de pododermatite du membre antérieur gauche :


Différents stades de pododermatite du membre postérieur droit :


Deux photos suivantes : même lapin, avant et après un mois de traitement :


Différents stades de pododermatite du membre postérieur gauche :

Crédit Photos : Dr GOIN Julien