header

Dernière mise à jour : 16/11/2014

Rhinites, coryza et pasteurellose du lapin (Mise à jour : 30/01/09)

Les rhinites

Si votre lapin éternue et a le nez qui coule, consultez en urgence un vétérinaire et isolez-le des autres lapins. Un rhume n'est jamais anodin chez le lapin ! Derrière le mot "coryza" si souvent employé se cachent bien des problèmes respiratoires, de la rhinite allergique à la pneumonie la plus grave. Il faut faire preuve d'une extrême vigilance.
La maladie la plus courante est la rhinite, elle peut être allergique ou bactérienne et se soigne très bien.
Mais la rhinite peut aussi être annonciatrice d'une pasteurellose. La majorité des lapins sont porteurs de cette maladie, certains la déclarent dès leur plus jeune âge d'autres ne la déclarent qu'après un gros stress ou après une exposition à des courants d'air ou à des conditions d'hygiène mauvaises.
Dès l'apparition des premiers symptômes séparez vos lapins car la pasteurellose est très contagieuse et consultez un vétérinaire. Un lapin sans aucun symptôme peut être contagieux.

Les causes

-Les courants d'air : dans ce cas ça se soigne bien si c'est pris à temps ! Le traitement doit durer 8-10 jours pour être efficace.
-Une allergie : dans ce cas les antibiotiques ne serviront à rien, il faut trouver la cause de l'allergie (ça peut être le foin ou la litière), le lapin n'a pas le nez infecté et les éternuements sont secs.
-Un corps étranger coincé dans l'appareil respiratoire supérieur.
-Une contamination par un autre lapin : dans ce cas là il faut agir très rapidement car il peut s'agir d'une bactérie dangereuse( voir ci-dessous)
-Le stress peut réveiller la bactérie responsable de la pasteurellose ou provoquer des éternuements plus anodins.
-Certains lapins éternuent aussi en situation de stress sans avoir pour autant d'infection, c'est le cas de Malou qui lorsqu'il s'énerve est pris d'une crise d'éternuements. Chez Malou comme chez d'autres lapins la stérilisation a fait disparaître ce "tic".
-Un air trop sec peut aussi provoquer des séries d'éternuements
-Les changements de saison et de température
-un problème dentaire, les racines des incisives ou prémolaires trop longues ou mal implantées irritent les sinus.
-une bactérie : pasteurella multocida, bordetella,Morganella Morganii

Les symptômes

-le nez humide. Le lapin n'éternue pas forcément mais les poils autour de ses narines sont toujours mouillés :

-les éternuements
-les écoulements purulents. Ils peuvent être transparents, blanc ou jaunes/vert. Lorsqu'ils sont opaques et épais comme dans ce tube c'est signe d'infection, il faut agir en urgence :

Le lapin a alors le nez toujours sale, de nombreux dépôts blancs se collent dans les poils et les pattes avant. Ces dépôts peuvent provoquer des irritations cutanées ainsi qu'une perte de poils.

-les difficultés respiratoires : le lapin ouvre largement les narines pour respirer correctement :

Il tient aussi sa tête en l'air pour faciliter sa respiration. Il peut aussi respirer par la bouche ce qui est un signe de grande détresse respiratoire :

-écoulements de yeux

Les traitements

Le vétérinaire prescrira des antibiotiques jusqu'à disparition des symptômes. Vous devrez recommencer ce traitement aux premiers signes de rechute. Il existe plusieurs sortes d'antibiotiques, il faut parfois en tester plusieurs pour trouver celui qui convient. La pénicilline G est elle aussi utilisée dans certains cas (uniquement en injection car elle est toxique par voie orale) Il peut aussi prescrire des inhalations ou nébulisations(aérosolthérapie), elles ne sont pas toujours efficaces et peuvent causer des dégâts. Ne faites pas d'inhalations sans l'autorisation de votre vétérinaire. Evitez absolument les courants d'air et le stress.
Si l'infection est importante et persistante vous pouvez effectuer un test pour déterminer quelle bactérie est responsable de l'infection et trouver le meilleur traitement.

Rhinite allergique

Le cas de Pompon ( Par Gwen17) :

Pompon a été sous antibiotiques pendant plusieurs mois pour des éternuements et des écoulements nasaux. Des prélèvements et une radio ont aussi été faits, sans résultats.
Les différents traitements n'ayant rien donné, le vétérinaire lui a fait un flushing nasal qui consiste à injecter du sérum physiologique dans les narines; l'examen cytologique a mis en évidence l'allergie (présence de polynucléaires éosinophiles)qui a été soignée par de la cortisone microdosée.
Pour Pompon, j'ai remarqué qu'une atmosphère trop sèche favorisait son allergie.

Bordetellose

La bactérie Bordetella bronchiseptica est fréquente chez le lapin mais presque sans danger pour sa santé, elle provoque en revanche de gros problèmes respiratoires chez le cobaye. Cette pour cette raison que la cohabitation lapin /cobaye est fortement déconseillée.Un lapin sain peut transmettre la maladie et tuer le cobaye.

Pasteurellose

La pasteurellose n'est pas la maladie la plus fréquente mais elle est tout de même assez courante surtout sous sa forme respiratoire. Les lapins de garenne ne transmettent pas cette maladie, c'est principalement une maladie d'élevage. C'est pourquoi votre lapin peut être contaminé dès son achat. Il peut aussi être porteur sain et ne déclarer la maladie que plus tard après un stress ou à cause de mauvaises conditions d'hygiène :
-mauvaise ventilation de son habitat (cage en plexi)
-litière irritante (copeaux de pin ou cèdre)
-changement brutal de température
On peut l'identifier en réalisant un prélèvement des sécrétions.
Elle est très contagieuse, le contamination se faisant principalement par éternuements, il faut séparer les lapin d'au moins 2 m. Si possible ne les mettez pas dans la même pièce.

Dans le cas d'une pasteurellose l'apparition d'abcès en plus des symptômes respiratoires est tout à fait possible

Le cas de Woody :

Ne désespérez pas si le vétérinaire est pessimiste, Woody a souffert de pasteurellose presque 3 ans et son état a été stationnaire 2 ans 1/2 alors que le premier vétérinaire qui l'avait ausculté avait pronostiqué une mort rapide. Il a été contaminé au contact d'un autre lapin pendant les vacances. Il a aussitôt été mis sous traitement malheureusement le vétérinaire n'était pas du tout spécialiste et nous avons perdu beaucoup de temps en traitements inutiles. Essayez de trouver un vétérinaire spécialiste des petits mammifères car beaucoup de vétérinaires ne connaissent rien aux lapins.
Après le traitement le lapin peut devenir porteur sain ou développer une maladie respiratoire chronique(cas de Woody).Dans le cas d'une pasteurellose chronique les chances de guérison sont presque nulles mais le lapin peut très bien vivre en étant soigné régulièrement.
Quand le lapin développe une maladie respiratoire chronique touchant les poumons, sa vie peut devenir très difficile. Le lapin ne pouvant plus respirer correctement par le nez, il est obligé de respirer par la bouche. C'est ce qui est arrivé à Woody. En novembre 2003 il a fait une rechute qui paraissait anodine mais les antibiotiques n'ont pas fait autant d'effet que d'habitude, l'infection s'est installée et de novembre à mai Woody a pratiquement toujours été sous traitement. Plus rien ne fonctionnait et il devait garder constamment la bouche ouverte, cela lui posait problème pour manger et dormir. Il a perdu beaucoup de poids et s'est épuisé. La question de l'euthanasie s'est posée plusieurs fois mais comme Woody mangeait et semblait heureux dans les périodes où l'infection régressait nous avons choisi de tout tenter. Woody a reçu un traitement toxique pour les lapins( le risque de décès suite à l'injection est de 20%). Ce traitement est injecté 1 fois par jour pendant 3 jours. C'est un traitement de la dernière chance, il peut provoquer un arrêt cardiaque. Woody y a survécu mais la troisième injection l'a beaucoup fatigué. Malheureusement le traitement n' a fait que repousser l'échéance, quelques mois plus tard l'infection est revenue brutalement et a tué Woody en une journée. Ce traitement aura au moins permis à Woody de vivre quelques mois supplémentaires dans de meilleures conditions.
Les photos qui illustrent cet article sont toutes des photographies de Woody prises dans les derniers mois de sa vie, quand la gêne respiratoire était la plus grande.

Article complémentaire : Infection A pasteurella

Le cas d'igloo :

"Quand j'ai eu Igloo, j'ai remarqué que parfois, elle faisait un petit bruit, notamment en dormant, comme un petit ronflement. Cela m'inquiétait mais le vétérinaire a estimé que ce n'était rien du tout, peut-être juste une petite malformation au niveau nasal. Je ne saurais jamais si cela n'était pas déjà un coryza qui n'a finalement pas été soigné. Les années ont passé et rien ne s'est déclenché avant ses 5 ans...
Cela a commencé par des éternuements, dès les 1ers symptômes, vétérinaire. Mais rien de méchant a priori, une allergie peut-être.
Les jours ont passé et l'infection a gagné du terrain pour aller se loger insidieusement dans les bronches. Je vous passe les détails du parcours du combattant pour obtenir un traitement adéquat et ce n'est pas faute d'avoir multiplié les visites vétérinaires pourtant. Pendant des jours, Igloo a été soignée avec de la cortisone uniquement (ce qui était une erreur monumentale), cela a eu pour effet de faire exploser l'infection...Le 1er antibiotique efficace, c'est finalement de moi-même que je lui ai donné en cherchant des infos sur internet, mais il n'était pas assez puissant et je ne voulais de toutes façons pas continuer comme çà.
J'ai finalement réussi à trouver un vétérinaire qui m'a donné un antibiotique indiqué pour sa pathologie, lui rien qu'au téléphone savait quoi lui prescrire alors que les autres n'avaient jamais rien fait de positif pour sa maladie (cortisone sans couverture antibiotique, antibiotique inadapté...). Igloo avait comme des crises d'asthme, c'était l'horreur, mais en dehors de ses crises semblait plutôt bien. C'est pour çà que nous nous battions et l'euthanasie n'était vraiment pas envisageable dans ces conditions là.
J'ai par la suite fait des recherches plus poussées et je suis tombée sur les quinolones comme le Marbocyl, nous l'avons tenté de même que le Baytril mais aucun résultat sur une longue période cependant...Là aussi, la vétérinaire qui l'a auscultée la trouvait en forme à première vue alors que sa radio pulmonaire était catastrophique et montrait en plus de l'oedème...Elle pensait qu'elle ne tiendrait pas 48h de plus.
Le vétérinaire qui avait sauvé Igloo ne croyait pas en ces traitements et se fiait à son expérience et à l'oxytétracyline. Dans le cas d'Igloo, il avait parfaitement raison.
J'ai aussi pu faire de l'aérosolthérapie, chose que je conseille vivement, cela permet d'atteindre le fin fond des bronchioles. Un prélèvement avait aussi été fait, mais comme souvent il est vrai n'avait rien donné.
Tout çà pour dire qu'un coryza ne doit jamais être pris à la légère et correctement soigné dès le début sinon c'est l'escalade vers la pasteurellose...Beaucoup de vétérinaires savent désormais les soigner, je sais juste que pour Igloo nous n'avons vraiment pas eu de chance et que si elle a pu vivre deux belles années de plus avec juste de toutes petites rechutes vraiment pas graves, c'est bien grâce à notre acharnement à lui trouver un traitement, qui existait bien finalement mais sans doute entrepris trop tard...Tout çà aussi pour dire qu'on revenait de loin, que d'un verdict de vétérinaire la condamnant dans les 48 heures, on a atteint deux années, chose que d'ailleurs a souligné son dernier vétérinaire.
Un jour, les germes sont devenus plus virulents, et là son organisme n'a plus la force de lutter, il se forme aussi un phénomène de résistance aux antibiotiques et elle a succombé à une septicémie..."

Staphylocoque doré ( témoignage de Christel)

"J’ai adoptée Erween via une association. Quand je l’ai adopté, il respirait très fort faisant des bruits comme des genres de craquements à chaque respiration. Une radio a été réalisée à l’ adoption et ses poumons n'étaient pas en super état, montrant un lapin très âgé.
Au départ il a été traité au marbocyl mais rien n’y faisait, il respirait toujours aussi mal, toussait pas mal et avait le nez pris. Les doses ont été augmentées pour atteindre des sommets mais rien a faire, un résultat assez médiocre.
Mon vétérinaire me proposa de faire un prélèvement des secrétions du nez sous anesthésie légère et d’envoyer le tout au laboratoire pour savoir à quoi nous avions a faire. Le résultat fut mauvais et nous annonça un staphylocoque doré bien méchant, très résistant.
Nous avons essayé des tonnes de traitement, oral, injectable, aérosol, goutte, même un traitement venant des états unis… bref on a tout essayé, nous avons eu des états moyens stabilisant la maladie mais sans réussir à la traiter. Nous avons mis 1,5 ans à essayer un peu tout ce qui existait sur le marché pour le soigner et nous avons abandonné.
Aujourd’hui Erween n’a plus aucun traitement, son état est stable mais il est toujours malade, il tousse toujours, il respire fort, fait des glaires quand il tousse, a des périodes de rhinites avec écoulement très épais. Erween est un battant il est très âgé sûrement près de 9- 10 ans aujourd’hui, mais il est combattant même s’il est peu vif et loin d’être fringuant.
Malgré la maladie il as quand même été anesthésié à plusieurs reprises pour des raisons médicales et tout s’est très bien passé même si les anesthésies étaient faites dans la plus grande minutie avec des protocoles longs et compliqués .Tout est possible mais il faut un bon veto.
La grande chance que nous avons c’est qu’Erween n’est pas contagieux contrairement à la majorité des staphylocoques dorés, il peu donc continuer a vivre avec sa copine et côtoyer tout les autres lapins et animaux de la maison sans danger. Je tiens à préciser que ce n’est pas le cas de tout les lapins qui sont atteints de cette maladie, généralement le lapin doit vivre seul car il est contagieux."

Myxomatose respiratoire

Il existe une forme respiratoire de la myxomatose, elle peut provoquer des pneumonies. Le traitement antibiotique est identique à celui de la myxomatose classique, le pronostic n'est pas bon.

Morganella Morganii

Cette bactérie est peut fréquente mais elle doit être prise en compte car elle peut être transmise aux personnes immunodéprimées. C'est une bactérie résistante aux pénicillines.

Sources d'informations et liens intéressants pour en savoir plus

- Nouveaux animaux de compagnie JF Quinton ( cf page livres)
- Pasteurellose du lapin par P. Coudert
- Pasteurellose
- Bronchopneumonie : Morganella Morganii isolée chez un lapin de compagnie par le Dr Emmanuel Risi. Dépêche vétérinaire N°984. Avril 2008
- Maladies des voies supérieures du lapin/Medirabbit