header

Dernière mise à jour : 24/03/2017

Medical training
par Line Baumberger ( Mise à jour : 25/07/09)

Introduction

Le medical training (entraînement médical), aussi parfois appelé conditionnement vétérinaire, a pour but d'enseigner à l'animal à se laisser manipuler en toute confiance, ceci afin de pouvoir intervenir plus facilement pour les soins et de limiter le stress au maximum.

A l’origine, il a été développé dans les zoos et les parcs animaliers pour permettre la manipulation d’animaux sauvages sans avoir à les endormir. Ainsi, les éléphants apprennent à donner leurs pieds pour les limer, les hippopotames à ouvrir la gueule pour vérifier l’état des dents et les dauphins à se mettre sur le dos pour permettre une prise de sang. En plus du rôle préventif de ces actes, l’animal n’est pas perturbé si on doit réellement le soigner, étant donné que c’est devenu une routine quotidienne pour lui.

Cette méthode d’éducation est basée sur le renforcement positif, c’est-à-dire sur le fait de récompenser l’animal à chaque fois qu’il exécute une action que l’on attend de lui. Ce principe est aussi la base du Clicker Training (cf. Education par le CLICKER TRAINING ) utilisé principalement chez les chiens, mais aussi avec succès chez les chats, les chevaux et même les lapins !
Les lapins sont intelligents et comprennent très vite quels comportements auront des répercutions positives pour eux. Par exemple, ma lapine Pixie a compris qu’elle a droit à un petit bout de légume quand elle monte sur son arbre à chat à l’heure du repas. Du coup, elle saute systématiquement sur son arbre et attend sa friandise. Pourtant, le meuble est à l’autre bout de la pièce ! Tout ça car elle a associé le fait de se mettre sur son promontoire avec la récompense. C’est cela que l’on recherche avec le renforcement positif.

Mise en garde : Pour un animal, l’attention qu’on lui porte est aussi considérée comme une récompense par l’animal. Par exemple, si vous ne vous occupez de votre lapin que lorsqu’il fait une bêtise, il associera bêtise et attention et considérera cela comme une récompense… Il faudrait donc lui porter de l’attention de préférence quand il effectue des actions voulues et l’ignorer quand il se comporte mal.

Chez les lapins, comme chez les animaux sauvages, le medical training peut être très utile, voire indispensable. En effet, si votre lapin n’a pas l’habitude d’être manipulé, les soins vétérinaires en seront compliqués. Le jour où votre animal sera malade, vous risquez de devoir vous battre avec lui pour lui faire avaler son médicament ou lui courir après pour lui faire son injection. Cela entraînera du stress pour vous comme pour l’animal, conditions peu propices à la guérison. Dans ces conditions, vous serez soulagé d’avoir un lapin un minimum coopératif.

Voilà quelques exercices simples à pratiquer régulièrement (idéalement chaque semaine) qui vous faciliteront la vie en cas de maladie.

1° Venir à la demande

Première étape indispensable, votre lapin doit vous faire confiance. Passez du temps avec lui, parlez-lui, caressez-le ou offrez-lui un petit morceau de fruit ou légume quand il s'approche de vous. Il doit venir vers vous quand vous l’appelez et vous associer à quelque chose d’agréable.
Attention, les lapins reconnaissent parfaitement les intentions dans la voix. Les miens parviennent à différencier le ton que je prends pour les appeler pour les légumes et celui que j’utilise lorsque je veux les manipuler, et pourtant il me semble le dire de la même façon ! Il est donc intéressant d’utiliser un bruit « neutre » pour les appeler. Typiquement, le bruit de la boîte de friandises que l’on secoue est très efficace.

2° Se laisser caresser

Il est important que votre lapin se laisse manipuler en toute confiance. Facile à dire pour un lapin qui aime les caresses ; mais quid des lapins un peu sauvages et peureux ? Je pense qu’il faut les forcer un peu. Non pour les traumatiser, mais pour leur montrer que ce n’est pas si désagréable et traumatisant.
Mon lapin Guizmo déteste se faire caresser, c’est à peine si je peux le gratouiller sur le front. Alors, j’ai entrepris de le désensibiliser par des « séances caresses ». Après l’avoir mis sur le lit ou l’avoir attiré avec une friandise, je commence à le caresser. Même s’il essaye de s’échapper, je continue de le caresser en le retenant gentiment. Au moment où il arrête de se débattre et se détend, je le laisse partir et lui offre une friandise. Il est important d’arrêter assez rapidement après que le lapin s’est calmé car il doit associer le fait d’être calme avec l’arrêt du stimulus désagréable. Je pense qu’il est rassurant de choisir un endroit spécial qui sera toujours le même, pour garder cette notion de rituel. Depuis, je peux le caresser sans problème. Il sait que plus il sera tranquille, plus vite ça sera fini.
Vous pouvez aussi masser votre lapin ( Masser son lapin). Il appréciera sûrement.
Terminez la séance par une friandise. Le lapin restera ainsi sur une note positive.

3° Inspecter les oreilles, yeux, dents et griffes

Habituez votre lapin à ces gestes simples, souvent effectués par le vétérinaire. De plus, ce check up (Check up mensuel) vous permettra de détecter précocement d’éventuelles pathologies. Votre lapin apprendra aussi à ne pas bouger pendant que vous l’inspectez. C’est très appréciable si on doit effectuer des injections.
Le plus simple pour éviter les tentatives d’évasion est de vous mettre à genoux, le lapin entre les jambes.
Pensez à bien regarder à l’intérieur des oreilles, surtout chez les béliers. Pour voir les incisives, prenez délicatement les babines de chaque côté du nez et soulevez les.
Procédez comme dans la rubrique précédente, par désensibilisation, et n’oubliez pas de féliciter et de récompenser à la fin de la séance.

4° Porter

Il est important d’apprendre à porter correctement son lapin (Porter son lapin). Si vous vous y prenez mal, il risque d’avoir peur et de tomber.










5° Mettre en transe

Mettre un lapin en transe (Mettre son lapin en transe) a plusieurs utilités : lui couper les griffes, lui administrer un médicament ou encore examiner ses dents chez le vétérinaire. Le lapin doit donc accepter de rester dans cette position sans se débattre.
Comme pour les caresses, relâchez-le uniquement s'il se détend et accepte de rester tranquille. Si vous n’êtes pas sûr de vous, commencez en étant assis au sol pour éviter les accidents si le lapin se débat brusquement.








6° Habituer son lapin à la seringue

Bien des personnes sont embêtées quand elles doivent donner un médicament par voie orale à leur lapin ( Administrer un médicament à son lapin ) ou le gaver (http://www.margueritecie.com/gavage.php). Le lapin a peur de la seringue, se braque et les soins deviennent un vrai calvaire. Pourtant, ces actions sont souvent incontournables pour guérir un lapin malade.
Une astuce très utile est de rendre la seringue agréable pour le lapin. Voilà comment procéder : Mélanger 1 dose de jus de fruit (non sucré et bio) pour 3 doses d’eau (mélange ¼ - ¾). Armez-vous d’une seringue sans aiguille de 2mL et appelez votre lapin comme pour lui donner une friandise. Tendez lui la seringue pour qu’il goûte au jus de fruit. Si le lapin est assez curieux, il léchera de lui-même et sirotera tranquillement sa seringue. Si le lapin ne comprend pas tout de suite, vous pouvez le caler entre vos jambes et lui glisser la seringue entre les dents, en lui maintenant légèrement la tête. Il comprendra vite que cette mixture a bon goût et il finira par prendre la seringue de lui-même.
Cette manipulation évite beaucoup de stress à l’animal car la seringue n’est plus considérée comme un objet étranger mais est associée à de bons souvenirs.

7° Accoutumer à la caisse de transport

La vue de la caisse de transport fait fuir une bonne partie des lapins. En effet, elle signifie souvent transport désagréable, visite chez le vétérinaire ou tout autre évènement particulièrement déplaisant. Pas étonnant que le lapin ne soit pas enthousiaste.
Pourtant, là encore, il suffit que le lapin la considère comme normale et faisant partie de son environnement pour éviter ce traumatisme. Laissez la caisse de transport (sans la grille dans laquelle le lapin pourrait se coincer une patte) sur le territoire du lapin. Souvent, ce petit curieux va aller inspecter ce nouvel aménagement et même parfois y élire domicile pour la sieste. Vous pouvez aussi y mettre des linges que les lapins aimeront gratter ou du foin pour grignoter.
Une fois habitué à cet objet, vous pouvez lui apprendre y entrer sur demande. Prenez une friandise et ne la lui donnez que quand il entre dans la cage. Même si ce n’est pas longtemps au début. Par la suite, un simple claquement de doigt en direction de la cage suffira à lui faire comprendre votre demande.

8° Cas spécial : le lapin malade chronique

Il arrive que certains lapins aient des maladies chroniques : Paralysie, malformation, prédisposition aux problèmes urinaires. Ces lapins ont besoin de soins quotidiens pour avoir une qualité de vie acceptable.
Prenons l’exemple d’un lapin qui souffre d’une paralysie et qu’il faut souvent doucher pour le garder propre.
Le mieux, pour ces lapins, est d’introduire une routine quotidienne qui les aidera à supporter ces soins et à les considérer comme une étape normale de la journée. Si ce lapin a besoin de bain de siège régulièrement, n’attendez pas 2-3 jours que l’arrière-train soit totalement souillé pour agir. Mieux vaut organiser des minis séances, y compris les jours où le lapin n’a pas besoin de soins. Par exemple, en effectuant uniquement une douche mais sans produit, juste pour l'habituer à l'eau et au sèche cheveux. Le temps de soin en sera raccourci et le lapin s’y habituera plus facilement.

Il est aussi possible d’habituer les lapins sains à la salle de bain, en les posant dans la douche et en faisant couler l’eau à côté d’eux ou en allumant le sèche-cheveux à distance raisonnable. Mais nul besoin de les mouiller inutilement. Si votre lapin n’a pas besoin de soins spéciaux, contentez-vous de lui montrer que la salle de bain n’est pas un univers hostile.

Conclusion

Inutile d’essayer de faire tous ces exercices le même jour, vous dégoûteriez votre lapin. Le but est d’y aller progressivement, que le lapin ne perde pas confiance en vous. Si une séance s’est particulièrement mal passée, laissez-le tranquille quelques jours et recommencez par des exercices plus faciles dont il a l’habitude.

Cet entraînement peut paraître un brin rébarbatif, surtout avec un lapin peu manipulé et peureux. Mais il est aussi un bon moyen de tisser des liens avec lui et de lui apprendre à s’en remettre à vous.
Et si une fois dans la vie de votre animal, vous avez à le soigner, vous serez très reconnaissant d’avoir un lapin coopératif et calme lors des soins.

Photos Line Baumberger sauf photos paragraphe 7 "Accoutumer à la caisse de transport"