header

Dernière mise à jour : 26/04/2017

MALOCCLUSION INCISIVE ( Mise à jour : 20/05/2013)
Par le Dr Julien Goin

Une malocclusion dentaire est une anomalie de croissance et/ou de positionnement d’une ou de plusieurs dents, entraînant un défaut d’usure et une pousse anormale. On distingue les malocclusions incisives, touchant les incisives, et les malocclusions jugales, touchant les prémolaires et les molaires. Cette affection est fréquente, notamment chez les races naines, dont la sélection sur le petit gabarit et sur le raccourcissement du museau favorise l’encombrement dentaire.

ASPECT NORMAL DES INCISIVES

Le lapin possède quatre incisives supérieures (deux principales et deux vestigiales ou accessoires, plus petites) et deux incisives inférieures. A l’état normal :

- les incisives supérieures possèdent un sillon horizontal médian, et sont situées légèrement en avant des incisives inférieures,
PHOTO 01 : aspect normal des incisives (vue de face) :


- les incisives inférieures sont en appui entre les deux paires d’incisives supérieures.
PHOTO 02 : aspect normal des incisives (vue de profil) :

SYMPTOMES ET ASPECTS DES INCISIVES LORS DE MALOCCLUSION

Symptômes

Les symptômes varient en fonction du stade plus ou moins avancé de la malocclusion :
- aspect anormal des incisives (longueur et/ou orientation anormales),
- difficultés à s’alimenter, anorexie (lors de gêne ou de douleur),
- difficultés de toilettage,
- hypersalivation, pouvant entraîner une irritation puis une infection cutanée,
- agglomération d’aliments, de poils et de cæcotrophes au niveau de la bouche.


PHOTO 02_a : souillure des poils de la gorge.


PHOTO 02_b à 2_d : hypersalivation avec irritation cutanée et pyodermite (infection cutanée bactérienne) secondaires :

Aspects des incisives supérieures

Les incisives supérieures poussent généralement en s’écartant symétriquement l’une de l’autre et en formant une boucle vers l’intérieur.

PHOTO 03 : malocclusion débutante, avec déviation de la croissance vers l’extérieur, non gênante pour le lapin :


PHOTO 04 : malocclusion modérée, avec inclinaison du plan d’occlusion, légèrement gênante pour le lapin :


PHOTO 05 : malocclusion sévère, avec croissance en boucle de l’incisive supérieure droite et perforation de la lèvre, empêchant la prise alimentaire normale :

Plus rarement, les deux dents poussent dans la même direction. Leur croissance peut entraîner une perforation des lèvres, des joues ou du palais. Les incisives vestigiales sont rarement atteintes.

PHOTOS 06 et 06bis : malocclusion de l’incisive vestigiale gauche :

Aspects des incisives inférieures

Les incisives inférieures poussent généralement de manière rectiligne en passant devant les incisives supérieures. Leur croissance peut entraîner une perforation du nez ou des lèvres.

PHOTO 07 : malocclusion congénitale des incisives inférieures :

PHOTO 07bis : malocclusion acquise des incisives inférieures, secondaire à une malocclusion molaire :


PHOTO 08 : malocclusion de l’incisive inférieure gauche :


PHOTO 09 : malocclusion incisive inférieure et supérieure :
(photo à venir)


PHOTO 09bis : fracture de l’incisive inférieure droite avec exposition de la pulpe dentaire :

Autres aspects anormaux possibles

Lors de malocclusion, on rentre généralement un ou plusieurs des aspects anormaux suivants :

- fracture dentaire : elle est favorisée par la longueur et la fragilité des incisives atteintes,
- rotation dentaire et inclinaison du plan d’occlusion : l’orientation de la pousse devient anormale et les dents ne s’usent plus selon le plan d’occlusion normal,

PHOTO 10 : malocclusion avec rotation et inclinaison du plan d’occlusion :


- prognathisme : les incisives inférieures poussent en avant des incisives supérieures.

PHOTO 11 : prognathisme débutant, avec appui des incisives inférieures sur les incisives supérieures.


PHOTOS 12 & 13 : prognathisme sévère consécutif à une malocclusion et un abcès des prémolaires et molaires inférieures droites.

CAUSES

La malocclusion incisive peut être primaire (= anomalie congénitale, apparaissant dans les mois suivant la naissance) ou secondaire à une autre affection qu’il faut alors rechercher et traiter.

Malocclusions primaires (congénitales)

- Anomalie génétique : une ou plusieurs dents présentent dès la naissance une anomalie de position ou de croissance,
- Prognathisme mandibulaire et brachygnathisme maxillaire (mâchoire inférieure trop longue et mâchoire supérieure trop courte) : cette anomalie, surtout fréquente chez les races naines, constitue une des causes majeures de malocclusion incisive. Un déterminisme génétique récessif a été démontré pour le prognathisme mandibulaire. Exemple : voir photo 07.

Malocclusions secondaires (acquises)

Traumatisme

Un traumatisme (choc, chute, coupe de dents…) peut entraîner la luxation ou la fracture d’une incisive, ce qui conduit à sa pousse anormale et à un défaut d’usure de l’incisive opposée. Les fractures sont généralement transversales ou en biseau, plus rarement longitudinales, et peuvent entraîner une exposition de la pulpe dentaire à l’origine d’une infection. Une fracture peut également entraîner une lésion du bourgeon dentaire, dont un petit fragment peut se détacher et générer la pousse d’une incisive surnuméraire.

Malocclusion jugale

Une malocclusion des dents jugales (prémolaires, molaires) peut entraîner un défaut de fermeture buccale : les incisives ne sont alors plus en contact et leur usure ne s’effectue plus correctement. Exemple : voir photos 12 & 13.

Maladie métabolique osseuse

Cette maladie, secondaire à une carence en calcium et/ou en vitamine D (notamment par manque d’exposition aux UVB solaires, responsables de la photosynthèse cutanée de vitamine D3), entraîne une ostéodystrophie et un défaut de minéralisation de l’os des mâchoires, de l’émail et de la dentine. La dent se fragilise, chute, se fracture ou pousse anormalement (ex : à angle droit), voire arrête de pousser. Sa structure externe présente généralement un aspect granuleux, une coloration anormale et des striations horizontales caractéristiques.

PHOTO 14 : aspect anormalement jaune et strié des incisives, avec déviation et absence complète de pousse de l’incisive inférieure gauche.


Anorexie prolongée

De nombreuses maladies peuvent entraîner une anorexie prolongée, à l’origine d’un défaut d’usure des dents et d’une malocclusion.

TRAITEMENT

Le traitement des malocclusions congénitales passe généralement par l’extraction des incisives concernées (voir article correspondant). Il est parfois indiqué d’attendre que le lapin ait suffisamment grandi afin de minimiser le risque anesthésique, en gérant le problème par une coupe et un limage réguliers en attendant l’intervention.

Le traitement des malocclusions acquises dépend de leur cause. Il faut toujours rechercher la présence éventuelle d’une malocclusion jugale pouvant être la cause du problème. En cas de malocclusion sévère, gênante ou récurrente, et lors de la présence d’incisives surnuméraires, une extraction est souvent indiquée.

Crédits photos : Dr. Julien Goin.