header

Dernière mise à jour : 02/10/2014

Le lapin, un danger pour la grossesse ? (Mise à jour : 27/11/2011)
Par Lilith

Introduction

L’arrivée d’un bébé est généralement un évènement très heureux dans une famille. Pas pour tous ses membres cependant : beaucoup d’abandons de lapins ont lieu au début de la grossesse de leur propriétaire. Il n’existe pourtant aucune raison objective pour justifier un abandon par l’arrivée d’un enfant dans la famille. Beaucoup de lapins vivent dans des familles avec enfants en parfaite harmonie. Faisons un peu le point sur les idées reçues et regardons ensemble quels sont les meilleurs moyens de vivre ensemble.

Le lapin, un danger pour la grossesse ?

Il vous est peut-être arrivé d’entendre dans la bouche de certaines personnes bien intentionnées que vous devriez vous séparer de votre lapin sous prétexte que votre enfant risque de développer de l’asthme ou des allergies. Tous les pédiatres bien informés vous le diront : si les poils de lapins peuvent être un facteur de déclenchement de crise, le lapin ne représente en aucun cas un risque de transmission de maladies pour votre enfant. S’il s’avère que vous ou votre enfant avez de l’asthme ou des allergies, plusieurs solutions s’offrent à vous pour éviter les crises dues aux poils de lapins. Vous pourrez les retrouver le cas échéant dans « vivre avec des allergies au lapin » et « L’expérience d’une famille d’accueil souffrant d’allergies ».

Plusieurs idées reçues

D’autres personnes, ou encore vous-même pourront penser qu’une fois la grossesse avancée ou le bébé là, vous n’aurez plus ni le temps, ni l’énergie de vous occuper de votre lapin. A cette idée, opposez les millions de personnes qui vivent avec des animaux malgré une vie bien remplie par ailleurs, tant au niveau personnel que professionnel. Une grossesse est un évènement fatiguant dans la vie d’une femme et vous aurez sans doute à faire face à des moments de découragement mais ne vous inquiétez pas outre mesure. Toutes les femmes, même celles qui n’ont pas d’animaux, traversent ce genre de période ! Si vous rencontrez un de ces moments où vous vous sentez un peu dépassée, mettez à profit l’aide et le soutien du papa. Faire face aux urgences à deux peut s’avérer très précieux pour soulager votre épuisement. Et oui, messieurs, vous avez un rôle prépondérant dans le maintien de la bonne marche de votre foyer, spécialement au moment où il accueille un nouveau membre. De plus, le moment de l'accouchement et les jours qui le suivent peuvent être très éprouvants pour la mère et toute la famille. Vous pouvez alléger votre charge en déléguant à un membre de votre famille, un(e) voisin(e) ou un(e) ami(e) la tâche de s'occuper de vos animaux lors des périodes les plus pénibles de votre grossesse. Trouver assez tôt une personne de confiance pour se charger de la logistique quotidienne quelques jours vous permettra de vous consacrer entièrement à vous et votre nouveau-né, l'esprit léger.
Le lapin souffre encore de sa réputation d’infériorité en tant qu’animal de compagnie. On ne vous conseillerait pas d’abandonner votre chien ou chat sous prétexte que vous n’aurez pas le temps de vous en occuper lorsque vous agrandirez votre famille.
Vous pourrez également entendre, surtout si c’est votre première grossesse, qu’une fois le bébé né, vous n’aurez subitement plus aucun amour pour votre lapin. C’est sans compter sur le fait que l’amour, s’il peut se multiplier, ne se remplace pas. Nous n’avons, heureusement, pas une capacité limitée à aimer. Nul besoin d’effacer des sujets d’affection pour pouvoir les remplacer par d’autres. De la même façon que notre second enfant ne prend pas la place du premier dans notre cœur, l’arrivée d’un bébé n’efface pas subitement l’affection que nous pouvons porter à nos animaux, lapins, chats, chiens, chevaux et autres !

Et le point de vue du lapin ?

Vous aurez peut-être quelques inquiétudes à propos des réactions possibles de votre lapin pendant la période de grossesse puis à l’arrivée de l’enfant. Il y a peu ou pas de recherches précises sur la façon dont un lapin perçoit une femme enceinte et/ou un nouveau-né, s’il peut sentir les changements hormonaux, etc. Le recueil de témoignages est alors le meilleur moyen d’obtenir des informations. Lorsqu’on écoute les récits de propriétaires de lapins enceintes ou avec un nouveau-né, on s’aperçoit qu’il y a autant de réactions qu’il y a de lapins. Voici un petit aperçu du panel de comportements possibles classés du plus au moins commun:

- L’indifférence.
Certains lapins flegmatiques ne s’intéresseront pas au ventre de leur propriétaire. Leur comportement ne changera pas, ils continueront leur vie tout à fait normalement comme si de rien n’était. La relation avec le propriétaire ne sera pas affectée par la grossesse et même l’arrivée du bébé ne parviendra pas à les perturber. On peut en déduire que ces lapins sont bien dans leur peau, à l’aise avec leur statut dans la famille et que l’arrivée d’un nouveau venu ne les dérange pas. Il semble que ce soit le schéma le plus souvent rencontré.

- La curiosité
La curiosité est une des caractéristiques la plus partagée par tous les lapins. Il est probable que votre lapin passe par ce stade à un moment donné de la grossesse et/ou de l’installation du nouveau-né. Certains lapins seront simplement intrigués par le changement de physique de leur propriétaire qu’ils sont parfaitement capables de remarquer. Ils se montrent très curieux, viennent renifler le ventre et, de manière générale, sont plus attentifs à la future maman. Les lapins peuvent également se montrer très intéressés par les objets du bébé comme ses jouets, poussette, landau et maxicosy.

- La bouderie
Il peut arriver que votre lapin, déstabilisé par les nombreux changements qui accompagnent la venue d’un nouveau né, boude un peu. Il n’est plus aussi câlin qu’avant, s’enfuit à votre approche et, de manière générale, vous fait comprendre qu’il boude. Son comportement peut avoir plusieurs causes. Il peut estimer que votre nouvelle distraction vous empêche de lui accorder toute l’attention qu’il mérite et se vexer. Ou alors, il peut ne pas vous pardonner si facilement d’avoir dû rester quelques jours éloigné de lui à l’occasion de l’accouchement par exemple. Il est également possible que l’odeur d’hôpital le perturbe. Dans tous les cas, le lapin ne boude pas très longtemps et, généralement, tout rentre dans l’ordre assez vite.

- La peur
Certains lapins sont particulièrement stressés par les nourrissons et les jeunes enfants. Qu’ils aient eu un passé douloureux ou non, certains lapins ne supportent tout simplement pas les cris des nourrissons et les gestes parfois brusques des jeunes enfants. On peut les comprendre. Les cris des nourrissons sont sur la même fréquence que les sirènes de pompiers. C’est un bruit fait pour nous mettre en alerte et nous stimuler. Il peut être éprouvant pour nos oreilles humaines d’entendre les cris d’un bébé alors on peut aisément imaginer ce que ça peut être pour l’ouïe particulièrement fine d’un lapin. Cependant, ne sous-estimons pas l’extrême capacité d’adaptation du lapin. S’il a pu s’habituer aux sons de l’aspirateur, de la télévision et de la voix humaine, il y a fort à parier qu’il s’accoutumera au bébé également. Il faut simplement lui en laisser le temps et la possibilité. Un lapin en liberté aura le loisir de s’éloigner de la source de son inconfort. N’obligez pas votre lapin à rester dans la même pièce que votre bébé s’il ne le veut pas.

- La jalousie/agressivité/colère
Les lapins sont des animaux routiniers. Ils peuvent être déstabilisés par un changement brutal dans l’organisation de leur vie et réagir de façon instinctive. Il faut garder en tête qu’un lapin qui montre de l’agressivité n’est pas méchant mais terrifié ou très perturbé. Un des témoignages recueilli est celui d’une lapine stérilisée qui n’a pas supporté la grossesse de sa propriétaire. Cette grossesse intervenait après un changement brutal d’environnement. En effet, toute la famille avait déménagé en Guyane. La lapine se montrait agressive et était allée jusqu’à griffer compulsivement le ventre de sa propriétaire. Il est probable que cette lapine a été profondément perturbée par les changements qu’elle avait subis. Il ne faut bien sûr pas laisser s’installer d’agressivité. Il est plus prudent de s’éloigner et d’ignorer le lapin agressif dans un premier temps puis de s’efforcer de rétablir sa confiance et son équilibre en réinstallant une routine et en le rassurant sur son statut dans la famille.

- La surprotection
Votre lapin peut devenir beaucoup plus affectueux. Certains lapins aiment à se coller sur le ventre de leur propriétaire et peuvent y passer des heures à sentir les mouvements du bébé. Ils peuvent alors se montrer un peu collants et protecteurs. Lorsque ce genre de lapin rencontre le nouveau-né, il peut soit reprendre un comportement indifférent ou « tomber amoureux » de l’enfant. Il essaiera alors de s’approcher de l’enfant très souvent, pourra passer de longs moments à léchouiller le bébé et pourra même aller jusqu’à pincer les chevilles de leur propriétaire quand le bébé pleure pour exiger qu’on aille s’occuper de lui. Ces lapins peuvent alors développer une relation particulièrement forte avec l’enfant à mesure qu’il grandit et devenir des compagnons merveilleux.
Cet exemple ressemble à la réaction idéale, mais il est relativement rare. De manière générale, il ne faut pas chercher à obtenir un comportement précis de son lapin vis-à-vis de la grossesse et du nouveau-né. Vous ne pourrez pas l’obliger à être très affectueux avec le nouveau-né s’il n’en a pas envie. La bonne réaction sera celle où aucune des deux parties ne sera gênée par l’autre.
La maitresse d‘un lapin non-castré nous a rapporté l’histoire suivante. En temps normal, ce lapin avait parfois des comportements sexuels un peu exacerbés. Il est arrivé qu’il veuille monter sur le bras ou la jambe de sa maitresse ou encore qu’il se montre particulièrement intéressé par les vêtements qu’elle avait portés mais ça n’arrivait que par petite période. Sa maitresse était la seule à faire l’objet de ses charmantes attentions et souvent un stimulus positif tel que l’offre d’une gourmandise ou d’une sortie dans le jardin provoquait la réponse sexuelle. Cependant, depuis la grossesse de sa propriétaire, ce petit lapin semble particulièrement sollicité par les hormones qu’elle dégage et ses périodes d’excitation sont plus longues et plus intenses. Il est particulièrement proche d’elle et réclame beaucoup plus de câlins. Cet exemple tendrait à prouver que les lapins sont sensibles aux hormones que les femmes peuvent dégager lors de leur grossesse mais que certains en seraient plus ou moins affectés.

Un peu de bon sens : quelques clés pour vivre en harmonie

Pour le bien-être des deux parties, il ne faut pas installer le lapin dans la chambre de l’enfant. Le lapin a un pic d’activité la nuit, ses mouvements pourraient réveiller l’enfant. Si le lapin est perturbé par les cris de l’enfant, il ne pourra pas se réfugier au calme dans sa cabane ou sa cage.
Il ne faut pas laisser un jeune enfant seul avec un lapin en liberté. Vous pouvez présenter votre nouveau-né à votre lapin mais soyez très vigilant. Profitez d’un moment où le bébé dort ou est très calme pour ne pas effrayer le lapin. N’insistez pas si votre lapin semble effrayé. Parlez doucement pour encourager et rassurer votre animal. Un lapin peut faire mal à un nourrisson mais le rapport de force s’inverse dès que l’enfant est un peu plus âgé. Dès qu’il apprend à se déplacer à quatre pattes et à attraper des objets, il peut être très tentant pour lui d’agripper une oreille ou un pompon. Il s’expose alors à la colère du lapin qui peut griffer ou mordre pour se défendre. Avant que l’enfant ne soit tout à fait capable de comprendre pourquoi il est impératif qu’il soit doux et qu’il sache parfaitement se maîtriser, ne laissez pas votre lapin et votre enfant en liberté seuls. De plus, il peut être très perturbant de retrouver son bébé mâchouillant une crotte de lapin, même s’il n’y a aucun risque de toxicité. La règle d’or est donc de surveiller bébé et lapin de près.
Il est nécessaire d’instaurer des règles de vie fermes dès que l’enfant est en âge de les comprendre et de s’y tenir. Il faut lui apprendre à être doux avec le lapin, ne pas essayer de le porter, ne pas le poursuivre, ne pas l’effrayer, ne le violenter d’aucune manière. Ce n’est qu’ainsi que la vie en communauté sera possible.
Pour éviter tout désagrément, il faut tenter de préserver au maximum le mode de vie du lapin. Ne modifiez pas brusquement son lieu de vie. Si vous devez le changer de pièce, faites-le avant l’arrivée du bébé, qu’il ne puisse pas associer le bébé avec le bouleversement de son habitat. Ne soyez pas trop inquiet pour votre animal, les lapins sont des êtres pleins de ressources aux capacités d’adaptation impressionnantes. Avec du temps, votre animal s’adaptera au nouveau rythme de la maison.

Les bénéfices d’un animal à la maison lorsqu’on fonde une famille

Avoir un animal chez soi est bénéfique à toute la famille à plusieurs titres.
La proximité d’un animal permet à l’enfant d’apprendre à respecter les besoins et désirs d’un autre être vivant, à se contrôler et même à développer le sens des responsabilités si on lui confie des tâches simples, toujours sous le contrôle d’un adulte cependant. En apprenant qu’il faut traiter un lapin avec prudence et respect, il anticipe déjà sur le bon développement de sa socialisation future.
On peut également sensibiliser son enfant très tôt à des notions de tolérance, de respect et d’acceptation de la différence. On peut développer son empathie et l’encourager à s’intéresser à des considérations morales en abordant le sujet des lapins abandonnés par exemple. Il apprendra ainsi, au contact de son compagnon lapin, pourquoi il est important de s’occuper correctement et jusqu’au bout d’un animal qu’on a choisi d’avoir chez soi.
Le sujet de la fin de vie peut être appréhendé de façon plus facile et néanmoins concrète avec la disparition d’un animal familier.
Ce sont autant de leçons de vie qu’on ne peut pas apprendre dans les livres mais seulement à travers l’expérience du contact avec un autre être vivant.

Conclusion

Pour toutes ces raisons, l’arrivée d’un enfant dans la famille ne doit pas être un motif d’abandon. La période de la grossesse et de l’installation du nouveau-né peut parfois être un peu difficile mais ce n’est souvent que transitoire, le temps que le lapin retrouve ses marques. Quelques règles de vie simples permettent à l’enfant devenu plus grand de cohabiter avec le lapin sans danger et cette vie en commun apporte beaucoup à l’un comme à l’autre.

Articles complémentaires

L’arrivée du bébé à la maison (Bébés et Lapins)
Rabbits and Children: Safety and Happiness in a Shared World