Les dangers des copeaux de conifères

Par George Flentke, Ph.D.

L’usage de litière à base de pin ou de cèdre pour un lapin de compagnie devrait être évité. D’autres litières de qualité supérieure, comme le papier recyclé et les copeaux de tremble sont disponibles sur le marché et vous devriez diriger les adoptants potentiels ainsi que les personnes possédant déjà des lapins vers ces alternatives sûres.
Il existe deux soucis majeurs à l’usage de copeaux de cèdre et pin en tant que litière. Le premier est l’altération désormais certifiée des outils spécifiques du foie, appelés enzymes, qui peuvent altérer la capacité de votre lapin à supporter les médicaments classiques que votre vétérinaire peut vous prescrire pour soigner votre animal. Le second est le risque encore mal défini de cancer.

Lorsque vous ouvrez un sac de copeaux de pin ou cèdre vous pouvez instantanément sentir la nature « odorante » de la litière. Cette odeur est le cœur du problème. Cette odeur provient de composants chimiques volatiles contenus dans le bois appelés phénols. Par conséquent, l’un des meilleurs outils pour détecter si un sac de copeaux en contient est votre nez ! Cette odeur, et les phénols qui en sont à l’origine, ne sont pas présents en quantité identique dans les copeaux de feuillus ; les copeaux de feuillus, le tremble étant le plus commun, sont donc considérés comme une litière bien plus sûre et peuvent être recommandés pour les lapins et autres petits animaux.

Les phénols des résineux (pin et cèdre) contenus dans les copeaux provoquent des modifications des enzymes du foie. Le foie de votre lapin tente de se débarrasser des phénols en produisant plus de certains enzymes capables de détruire ces éléments chimiques ; C’est un fonctionnement naturel de défense de l’organisme de votre lapin et du vôtre face à des toxines environnementales. Nos corps produisent toujours un minimum de ces agents protecteurs ; le problème ne survient que lorsque l’exposition aux phénols est constante et que le lapin est obligé d’en produire de grande quantité.

Le problème le mieux identifié et le plus ennuyeux est que ces enzymes sont aussi utilisés pour lutter contre les drogues et médicaments. Souvenez vous qu'éliminer les drogues est aussi important que de les administrer ; nous voulons que le médicament ait l’effet souhaité puis quitte l’organisme lorsqu’il n’est plus utile, connaître sa durée d’action dans l’organisme est un point essentiel de l’action de chaque traitement. Si ces enzymes sont présents en trop grand nombre, alors la durée d’action du traitement dans l’organisme et l’effet désiré seront inférieurs à ceux prévus. Quelques unes des drogues affectées par ce problème sont la xylazine et la kétamine, le plus utilisés des anesthésiques injectables. Ainsi que d’autres drogues comme la déxaméthasone, la théophylline et tous les antidouleurs opioïdes, comme le butorphanol, qui sont communément utilisés chez les lapins. Chez les rongeurs, par exemple, l’exposition constante aux litières contenant des copeaux réduit l’effet des médicaments de plus de 40%. C’est le principal inconvénient des litières de résineux. En tant que soignant, nous avons un choix limité de médicaments utilisables chez le lapin, et il faut autant que possible ne pas réduire encore leur usage en les rendant incertains.

La seconde objection à l’exposition aux copeaux de bois considéré comme un risque de cancer est moins prouvée. Des études épidémiologiques sur des humains ont montré des risques accrus chez les personnes travaillant dans des scieries, mais le rôle joué par les phénols n’y est pas clair. Les copeaux de cèdre ont causé une augmentation du risque de cancer chez certains rongeurs, mais de plusieurs manières cette étude a été faussée par la nature de l’expérience. Par conséquent, la preuve n’est, au mieux, que suggestive. Ajouté aux autres problèmes de santé rencontrés, nous devrions sérieusement nous poser la question de l’utilisation du pin et du cèdre dans les litières par l’industrie des animaux de compagnie.

De plus, pour ceux qui habitent la côte ouest, les épines de pin ponderosa ont été mentionnées comme litière possible ; ceci doit être évité à tout prix. Ce matériel a provoqué des avortements spontanés chez le bétail et d’autres espèces domestiques et a causé des perturbations hormonales.

Une bibliographie est disponible.

Tous droits réservés - House Rabbit Society
Toute reproduction et/ou diffusion partielle ou totale sont interdites.
Traduit de l'anglais par Marguerite & Cie le 23 mars 2009 avec l'aimable autorisation de la House Rabbit Society
D'après l'original "The Dangers of Softwood Shavings" par George Flentke, Ph.D." disponible sur le site de la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/care/shavings.html
La House Rabbit Society n'est pas responsable de l'exactitude de la traduction
The House Rabbit Society is not responsible for accuracy of the translation
Pour contacter la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/hrs-info/feedback.html