Hommes, Femmes et Lapins

Par Marinell Harriman

Lorsque que l’homme, appelant de Virgnie, a pris note des instructions pour nourrir son lapin malade, il nous a fait remarquer qu'il était difficile de "paterner".

Oui, c’est difficile pour n’importe qui d’être responsable du bien-être de petits êtres, mais peut être que nous (les femmes) n’accordons pas assez notre confiance aux hommes qui font des efforts.

Peu d’images me font autant chaud au coeur que celles d’un homme costaud caressant gentiment un lapin, ou un adorable couple fou de leur lapin « enfant », ou une jeune famille au sein de laquelle les garçons comme les filles ont appris l’importance de prendre soin des êtres qui en ont besoin.

J’étais à la recherche de ces fameux trésors pour la nouvelle édition du House Rabbit Handbook lorsque ma fille, Tania, vint avec un adorable montage. Non seulement elle avait photographié un jeune couple magnifique, Melinda Bascone et Richard Dow, avec leur adorable lapin Taylor (montré ci-dessus), mais elle avait également réussi à capturer la chaleur de leur relation, cette magie spéciale qui nous espérons faire renaître en chaque lapin à l’adoption.

C’est Richard qui a souligné la nécessité de dépasser les traditionnelles attitudes masculines afin que sa relation humain-lapin fonctionne (ce qui a pris environ 6 mois). Comme notre objectif en tant que famille d’accueil pour lapins est de trouver des foyers où chaque lapin sera aimé par tous les membres de la famille, hommes et femmes indifféremment, nous devons nous demander en quoi certaines « attitudes traditionnelles masculines » sont dépassées. Est-ce uniquement la responsabilité des hommes de se changer eux-mêmes, ou les femmes doivent-elles également le faire?

Nous sommes fières de notre sensibilité, mais peut être ne sommes-nous pas assez sensibles à l’insécurité que les hommes peuvent ressentir dans ce nouveau rôle. Devons-nous les restreindre à dresser la nourriture dans la gamelle, changer la litière et construire des parcours de courses, ou devons-nous les encourager à s’impliquer dans les soins du lapin ? Bien sûr, ils veulent que l’on écrive toutes les instructions. Réfléchissez-y. Nos grands-mères nous ont appris à mettre une pincée de ceci et une poignée de cela et beaucoup de bon sens. Les hommes sont un peu les nouveaux venus en matière de bon sens concernant les tâches ménagères. Ils ne sont pas aussi à l’aise avec le travail « à vue de nez », et ils veulent connaître les quantités exactes.

Si nous voulons obtenir le soutien des hommes dans nos plaidoyers pour les lapins, nous ne devons pas les baratiner avec nos discussions à l’eau de rose à propos des adorables lapins. Laissons-les admirer les lapins pour leur intégrité, leur charme, leur force ou leur esprit.

Nous pouvons exclure les hommes par inadvertance de plein de façons différentes. Par exemple, lorsque vous envoyez votre souscription au HRJ, inscrivez-vous le nom de votre compagnon/mari ? Nous voyons souvent deux noms sur le chèque mais seulement un sur la fiche d’inscription (ça ne coûte pas plus cher, et nous sommes ravis de mettre les deux noms sur une étiquette).

Les médias sont connus pour perpétuer l’image de la femme à l’ancienne. De toutes les publications de la House Rabbit Society à la période de Pâques de l’année dernière, seulement un journal, the Enid News in Oklahoma, avait pris la peine d’inclure Steve et Merry Lee Nafus dans leur article sur les lapins. Sur la couverture du journal, je fus la seule à être photographiée et citée (et à tort). N’importe quelle personne ayant rencontré mon mari sait qu’il a tout autant à raconter à propos des lapins que moi, mais il a été relégué à la place sans responsabilité de coupeur de carottes.

Peut être les propriétaires masculins de lapins sont-ils moins expressifs et plus timides devant un appareil photo que les femmes, mais s’ils ne sont pas vus et entendus, personne ne saura qu’ils existent. L’image de la femme à l’ancienne ne sert pas au mieux les intérêts de nos lapins. Si les hommes pensent que ce n’est pas « viril » d’aimer les lapins, la moitié de nos adoptants potentiels de lapins sont éliminés (et des milliers de lapins dignes d’être adoptés ne trouveront pas de foyer).

Que peuvent changer les hommes de la House Rabbit Society ? Aider les autres hommes à être aussi évolués qu’eux ? Ils n’ont pas encore dépassé cette peur du ridicule (cela demande à un homme beaucoup de confiance en lui pour exprimer son enthousiasme devant des petits animaux poilus). Montrez-leur que c’est marrant. Bien sûr, apprécier les lapins demande plus de sensibilité, mais si vous avez été capables d’apprendre leur langage subtil, eux aussi en seront capables.

Votre participation est évidemment nécessaire pour emmener votre lapin chez le vétérinaire ou faire une promenade. Présentez-vous aux réunions sponsorisées par votre association locale qui traitent de la façon dont on prend soin des lapins. Elles ne doivent pas être composées uniquement de femmes.

Nous sommes convaincues qu’il y a beaucoup d’hommes tout à fait capables à l’extérieur. Alors s’il vous plait, levez-vous et soyez de plus en plus nombreux, vous ferez alors diminuer le nombre de lapins non désirés.

Tous droits réservés - House Rabbit Society
Toute reproduction et/ou diffusion partielle ou totale sont interdites.
Traduit de l'anglais par Lorène G pourMarguerite & Cie le 31 juillet 2008 avec l'aimable autorisation de la House Rabbit Society
D'après "Men, Women, and Bunnies "de Marinell Harriman disponible sur le site de la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/journal/2-5/men-women-bunnies.html
La House Rabbit Society n'est pas responsable de l'exactitude de la traduction
The House Rabbit Society is not responsible for accuracy of the translation
Pour contacter la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/hrs-info/feedback.html