Encore et toujours le bac à litière…

Par Amy Espie

Une mise à jour et une revue de dix ans des techniques s’étant avérées les plus utiles en fait d’éducation des lapins à la vie dans la maison.

Le bac à litière est le passeport du lapin pour une nouvelle vie. Les bacs à litière sortent les lapins du clapier et les font entrer dans la maison, au niveau du sol, où est leur place. Afin d’opérer sa magie, le bac à litière demande de l’aide de la part des membres humains de la garenne.

Se préparer pour réussir

Les lapins apprennent, en ce qui concerne les bacs à litière et d’autres problèmes, en faisant ce qui est correct et en étant récompensés, et non en faisant des erreurs et en étant grondés. Structurez son environnement de sorte qu’il ne puisse faire que ce qui est correct, et alors félicitez-le et récompensez- le.

3.12/5-1

Deux techniques fondamentales pour l’éducation : l’observation vigilante et une gestion du temps impeccable. Prêtez-lui une attention extrême, et Speedo vous dira où et quand il a l’intention d’éliminer. Vous remarquerez qu’il se soulage toujours dans l’espace de quelques secondes en sortant de sa cage, ou après avoir effectué sa première inspection de son espace de course. Nombre de lapins utilisent le langage corporel pour annoncer leurs plans. Il peut s’adosser à un coin, commencer à lever sa queue, et relâcher légèrement ses oreilles. Il peut simplement sauter jusqu’au point où il a uriné la veille. Avec cette information, vous pouvez éviter les situations de réprimande perdant-perdant en vous assurant qu’il aille droit à un bac dans ces occasions. C’est là que la gestion du temps impeccable prend place. C’est inutile de le conduire à son bac après qu’il a uriné ou déféqué, sinon c’est cela que vous lui apprendrez: aller à son bac après avoir éliminé. Placez un bac à litière sur son point toilettes préféré. Mettez-en un juste à la porte de la cage.

Disposez une petite tranche de pomme, une pincée ou deux de foin de luzerne, ou un brin de persil dans le bac. La nourriture n’est pas la seule récompense valable pour l’éducation. Au lieu de persil, mettez un jouet apprécié dans le bac à litière. Disposez un bac juste à la sortie (ou à l’intérieur, selon les habitudes de votre lapin) des pièces ou zones de prédilection. Câlinez-le et parlez-lui pendant qu’il est dans le bac, afin qu’il considère ces expériences comme gratifiantes. N’importe quelle chose à laquelle Speedo attache du prix (à l’exception de ce qui est non-non-non comme ronger de la ficelle) peut servir de récompense.

3.12/4-1

La punition et la réprimande n’ont pas leur place dans l’éducation à la vie dans la maison. Vous avez besoin que Speedo associe le bac à litière avec tout ce qui est savoureux et merveilleux, pas avec des réprimandes et des punitions. S’il fait quelques erreurs, cela fait partie de l’apprentissage. Approvisionnez-vous en essuie-tout, et sortez la pelle et la balayette. S’il fait beaucoup d’erreurs, il a probablement beaucoup de liberté et pas assez de surveillance. Donnez-lui autant de liberté qu’il est capable d’en gérer, et enfermez-le le reste du temps.

Parmi les nombreuses raisons comportementales et médicales de stériliser / castrer votre lapin, l’éducation à la propreté se classe en tête. Les lapins entiers ont des difficultés à s’adapter à la vie dans une maisonnée humaine. Une femelle qui traverse une grossesse nerveuse (ou, pire, une vraie) a bien autre chose à l’esprit qu’utiliser le bac à litière. Les mâles comme les femelles ressentent un fort besoin hormonal de marquer leur territoire (i.e., vos meubles, vos affaires, et vous-même) avec urine et excréments. Vous devriez constater une amélioration de l’éducation à la propreté dans les deux à trois semaines après la castration de votre lapin. Pour les femelles, les bénéfices en termes de comportement peuvent mettre plusieurs mois avant de se faire remarquer.

Plus et moins.

Une règle de base d’éducation au bac à litière est: toujours plus. Plus votre lapin passe de temps dans un plateau de plastique rempli de litière sans danger pour les lapins, plus il s’habituera à se servir d’une litière. Peu importe s’il fait réellement ses besoins dans le bac ou s’il se contente de s’y asseoir. De nombreux lapins vont jusqu’à dormir dans leur bac à litière. Inversement, à chaque fois qu’il se soulage à l’extérieur d’un bac à litière, cela contribue à rendre ce comportement habituel. C’est pourquoi prévenir, combiné à surveiller et confiner, joue un rôle si capital dans l’éducation.

La seconde règle est : toujours moins. C’est-à-dire moins d’espace pour courir pendant qu’il est en phase d’entraînement. Le moment de course libre, pour un lapin qui n’est pas encore éduqué à la vie à l’intérieur, devrait se limiter à une seule pièce qui soit abondamment pourvue en bacs à litière. Une fois encore,vous le préparez à réussir en le mettant dans une situation où il lui est facile de faire ce que vous attendez de lui. Ne craignez pas qu’il soit perturbé par le fait d’avoir plus d’un seul endroit correct pour se soulager. Vous pourrez réduire le nombre de bacs quand Speedo mûrira et prendra l’habitude d’utiliser un bac à litière.

Jusqu’à ce qu’il soit éduqué, votre lapin devrait être confiné à sa cage quand vous n’êtes pas là pour le surveiller. Vous pouvez utiliser une petite pièce telle qu’une buanderie ou une salle de bains, ou une entrée bloquée par des barrières de sécurité pour bébé comme aire de confinement, si vous préférez. Un bac à litière dans la cage est indispensable. Cela apporte un entraînement passif qui soutient et prolonge l’entraînement actif que vous faites quand vous surveillez les moments de course libre. Vous aurez peut-être besoin d’élargir la porte de la cage pour y faire passer un bac à litière. Cela se réalise facilement avec un coupe-câbles et des pinces coupantes. Si votre lapin est du genre à aimer redécorer ses appartements, ancrez le bac à sa place avec des pinces ou du fil électrique.

Le temps joue pour vous.

C’est l’ingrédient magique final. Si vous fournissez les félicitations, les gâteries, la patience, la surveillance, le temps passé en cage, l’opération et les bacs à litière, le temps pourvoira au reste. Avec la combinaison appropriée de ces éléments, un matin vous vous réveillerez pour vous découvrir profitant d’une expérience unique : partager votre foyer avec un authentique et ineffable lapin de compagnie. Savourez.

Donnant - donnant.

Comme nombre de nos articles consacrés au comportement et à la santé, celui-ci traite de généralités. Voici quelques histoires de cas pour illustrer la façon dont les principes généraux d’éducation à la propreté peuvent être modifiés pour s’adapter à des lapins très particuliers. Jasmine m’a appris que certains lapins ont besoin de deux bacs dans leur cage. Elle se servait de son premier bac exclusivement pour dormir, et se soulageait systématiquement et soigneusement dans le coin le plus éloigné du bac à litière. Quand je déplaçai le bac à cet endroit choisi par ses soins, elle dormit dedans et se soulagea dans le coin désormais le plus éloigné. Cela me prit un moment avant de comprendre, mais enfin je plaçai un second bac dans la cage. Bien que les bacs prennent l’essentiel de l’espace au sol de sa cage, elle ne sembla pas contrariée par la disposition. Je plaçai une étagère de repos au-dessus d’une des litières pour agrandir au maximum l’espace. Elle continua à utiliser le bac un pour des siestes, la méditation, et la toilette, et le nouveau comme des toilettes. Elle eut bientôt un statut de lapin de compagnie à part entière, et désormais la porte de sa cage est toujours ouverte.

J’ai appris des leçons importantes de notre triplette. Albert et Henry se soulageaient en mâchonnant du foin du râtelier, tandis qu’Hershey se servait du bac de paille que je considérais comme une aire pour jouer et creuser comme d’une litière. Désormais je dispose une poignée de paille sur chaque litière et une poignée de foin dans un coin de chaque bac. La paille empêche la litière de se répandre partout dans la pièce, et reste relativement sèche, comme l’humidité est retenue par la couche de litière du dessous. Puis il y eut les Surfeuses, quatre soeurs par ailleurs modestes, avec une unique mission: revendiquer nos lit et canapé comme leur territoire. Leurs habitudes de propreté étaient à part cela irréprochables. Elles avaient une telle passion pour ces deux lieux que cela me fit m’interroger: qu’est-ce qui rend les sofas et les lits si attirants que même les lapins sages veulent les marquer ? Serait-il possible qu’ils détectent nos sentiments au sujet de ces endroits? En ce qui me concerne, de toute façon, le canapé et le lit sont des parties très importantes de mon territoire. J’y éprouve beaucoup d’émotions profondes. J’y passe un temps considérable. Ils sont imprégnés de mon odeur davantage que, disons, mon bureau (un lapin qui fait vraiment son petit chef marquera évidemment mon bureau s’il parvient à y accéder). Je suis bien plus contrariée quand on fait pipi sur mon lit que quand c’est mon bureau qui sert de cible. Cette réaction confirme l’impression du lapin selon laquelle le lit et le canapé sont des propriétés de vraiment grande valeur.

J’obtins une réussite partielle à la résolution de ce problème en mettant provisoirement un bac à litière à un bout du canapé et en mettant une couche d’anti-lapin (j’utilisai du papier aluminium, que la plupart des lapins n’aiment pas) sur le reste. Cela marcha avec Shasta et Sierra. Mariposa choisit d’uriner à côté du bac. Je pensai que cela pouvait signifier qu’elle était un peu moins modeste que ses sœurs. Si elle était attirée par le canapé parce qu’elle le considérait comme mon territoire officiel qu’elle voulait faire sien, je "revendiquerais" une zone de bac à litière sur le sol comme mon territoire. Je caressai l’idée de le marquer comme le font les lapins, mais n’arrivai pas vraiment à me résoudre à le faire. J’optai pour m’asseoir par terre près d’un bac à litière, qui contenait des friandises spéciales (de la banane) pendant les moments les plus actifs des Surfeuses. J’étais fière de ce raisonnement, je ne me sentis que légèrement ridicule en le mettant en pratique. Malheureusement il n’eut aucun impact ni sur Mariposa ni sur Noé, qui persistèrent à marquer le canapé. Je ne parvins pas à faire du lit un lieu à l’épreuve des lapins, surtout parce que je ne souhaitais pas le rendre inhospitalier à nos chats, qui y passent au moins autant de temps que moi.

À la fin je relogeai les Surfeuses dans la zone cuisine-et-véranda. Un couple de frères gériatriques incapables d’escalader ni lit ni canapé emménagèrent dans nos chambre et salle de séjour. Parfois, une solution pragmatique et loin d’être parfaite représente le mieux que je puisse faire.

Tous droits réservés - House Rabbit Society
Toute reproduction et/ou diffusion partielle ou totale sont interdites.
Traduit de l'anglais par LewisLewisLewis pour Marguerite & Cie le 15 janvier 2009 avec l'aimable autorisation de la House Rabbit Society
D'après l'original "Litterbox Encore" par Amy Espie disponible sur le site de la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/journal/3-12/litter-training-revisited.html
La House Rabbit Society n'est pas responsable de l'exactitude de la traduction
The House Rabbit Society is not responsible for accuracy of the translation
Pour contacter la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/hrs-info/feedback.html