Place du foin dans le régime alimentaire de votre lapin- Qualité et quantité pour une digestion parfaite

Par Linda Sterett-Fogarty
D’après un article du House Rabbit Journal Vol.4, Nr. 7 – Eté 2002

CONTRAIREMENT AUX CROYANCES, le foin n’est pas cultivé toute l’année. Le fourrage ne peut pas être cultivé pendant la plus grande partie de l’année à cause des températures trop basses. Comme les animaux ont besoin d’être approvisionnés toute l’année, le stockage du foin est primordial. La culture et la moisson du foin se produisent lorsque les conditions météorologiques sont favorables afin de l’utiliser lorsque les conditions ne le seront plus. Le processus commence au printemps lorsque la température monte et que la durée des jours s’allonge. Ceci stimule la plante qui a dormi pendant l’hiver et déclenche la pousse. Notre ranch est situé dans le comté de Lincoln, dans l’état de Washington, la culture débute généralement en avril. Plusieurs variables peuvent affecter le processus de culture, la température nocturne n’est pas la moindre. Dans notre région en avril, elle peut s’approcher de 0°C, ce qui peut ralentir la période de croissance. Pour que la plante pousse correctement la température doit être clémente le jour, mais aussi la nuit où elle doit rester au-dessus de 5°C.

Les herbacées pousseront légèrement plus rapidement par temps frais que les légumineuses comme la luzerne. La luzerne pousse mieux lorsque les températures sont élevées. Il faut approximativement 60 jours dans le comté de Lincoln pour cultiver de la luzerne, 60 pour un foin varié, 60 pour le foin de Dactyle aggloméré et 70-80 pour la phléole des près.

DESCRIPTION DES RECOLTES

La luzerne est une légumineuse vivace originaire d’Iran. Elle est riche en minéraux et contient au moins 10 vitamines différentes. La luzerne, si elle est moissonnée au meilleur moment, peut contenir jusqu’à 20% de protéines avant la floraison et au minimum 11% à la fin de la floraison.

La phléole des prés, une plante herbacée vivace, est une herbe fourragère de la belle saison. Elle pousse lentement et a un rendement faible dans le champ. D’après notre expérience la première et seconde coupe sont bien supportées par les animaux ayant un système digestif fragile, des problèmes de peau, des diarrhées ou des problèmes de poids. La phléole des prés peut cependant atteindre 18% de protéines juste avant la floraison et retombe à 4-6% juste après la floraison.

Le Dactyle aggloméré ou pelotonné (connu aussi sous le nom de cocks-foot en Europe, Nouvelle Zélande, et Australie ) est originaire d’Europe, d’Afrique du nord et de certaines régions d’Asie mais est cultivé en Amérique du Nord depuis 200 ans. C’est une plante de saison fraîche qui pousse en touffes ou houppes et a un système de racines fibreuses important. Il commence à pousser au début du printemps, se développe rapidement et fleurit du mois de Mai à début Juin, selon la variation de la luminosité et de la température. Le Dactyle aggloméré est mieux adapté à la chaleur et à la sécheresse que la phléole des prés. Le Dactyle aggloméré pousse rapidement par températures fraîches, a un grand rendement au printemps et repousse rapidement après la coupe. Le Dactyle aggloméré, d’après notre expérience, est plus riche en protéines que la phléole des prés. Les chercheurs estiment que le taux de protéines peut atteindre 18.4% au début de la croissance et retomber à 8.4% après la floraison, mais en moyenne ce taux se situe autour de 12-14%.

Le foin varié est un mélange de luzerne et de plusieurs types d’herbacées, principalement du Dactyle aggloméré. Les pourcentages peuvent varier de 5% de luzerne pour 95% d’herbacées jusqu'à l’opposé : 95% de luzerne pour 5% d’herbacées, tout dépend des taux du mélange de graines qui a été commandé chez le semencier et planté par le fermier. Dans certains cas, le fermier replante avec une autre variété un champ dans lequel poussait une autre légumineuse ou herbacée et obtient ainsi un mélange. L’inconvénient de cette méthode est qu’on ne peut pas maîtriser les taux herbacée/légumineuses lorsque l’on compare les balles de foin car de grosses variations se produisent au fil des récoltes. Nos deux mélanges les plus populaires sont 1/ luzerne, 30%-Dactyle aggloméré/brome, 70% 2/luzerne, 40% Dactyle aggloméré/brome, 60% .

LA RECOLTE DU FOIN

Comme notre ranch est situé à l’est de l’état de Washington, nous obtenons une première coupe (la première coupe réalisée dans un champ dans une année donnée), une seconde coupe (la seconde coupe réalisée dans ce même champ dans une année donnée), et parfois une troisième coupe (la troisième coupe réalisée dans le même champ dans une année donnée), si Mère Nature nous donne un ensoleillement suffisant, des journées sèches et des nuits chaudes. Mère Nature est cependant imprévisible ! Vous apprenez à faire le foin lorsque le soleil brille comme dit le dicton.

Première coupe : La première récolte de foin de l’année dans un champ est appelée « première coupe ». Beaucoup de personnes pensent à tort que cette première coupe de foin n’est pas un bon fourrage. Nous avons tendance à ne pas être d’accord avec cette affirmation, pourvu qu’il soit de bonne qualité et que sa coupe ait eu lieu avant maturité (avant la floraison), avant que les tiges de la plante ne deviennent plus épaisses et grossières. C’est lorsque la lignine (un composant indigestible des fibres associé à la cellulose et à l’hémicellulose dans la paroi cellulaire) est devenue suffisamment importante qu’elle rend le foin inappétent et indigeste et que sa valeur nutritive est considérablement réduite. Ceci arrive avec la première, la seconde ou n’importe quelle autre coupe si le foin pousse trop longtemps.

Seconde coupe : en fonction de la température diurne et nocturne, il faut généralement entre 40 et 45 jours à la luzerne, au foin varié et au Dactyle aggloméré pour repousser et 55 à 60 jours pour une repousse de phléole des prés. C’est le délai « pour la seconde coupe », qui contient généralement plus de feuillage que de tiges, des tiges plus fines et plus tendres, un pourcentage plus élevé de protéines et graisses brutes et un taux plus bas de fibres brutes (ceci dépend du stade de maturité auquel il a été coupé).Il y a plus d' hydrates de carbone (amidon et sucres) et de protéines dans les feuilles que dans les tiges. Ces amidons et sucres sont très digestibles et font un foin de qualité supérieure.

Troisième coupe : Si la saison de croissance est assez longue sur n’importe quelle année donnée, il peut être possible de faire une troisième coupe. Dans les régions plus au sud de la nôtre, la saison de culture est plus longue et plus chaude faisant de la luzerne la récolte la plus précoce et bien souvent 4 ou 5 coupes peuvent être réalisées dans un même champ.

La troisième coupe est généralement un foin très tendre composé principalement de feuillage et de peu de tiges. Tout en étant très beau à regarder, il peut être riche (riche en nutriments, avec une haute valeur nutritionnelle et pauvre en fibres). Nous sommes d’avis que cette troisième coupe ne contient pas assez de fibres pour être le seul foin donné aux lapins. Il peut toutefois être utilisé en complément avec un foin riche en fibres, de bonne qualité, et relativement immature des première et deuxième coupes et créer une expérience plus variée et plus intéressante de mastication. Nous vous suggérons de proposer différents foins à différents repas pour éviter le gaspillage.

LA QUALITE DU FOURRAGE

Le stade de maturité auquel est coupé le fourrage (selon que ce soit la première, deuxième ou troisième coupe) a une influence majeure sur la qualité du fourrage. La valeur nutritive du fourrage décroît généralement tout au long de la maturation. Lorsque la plante mûrit, il est typique qu’une hausse de lignocellulose (Acid Détergent Fiber) ou ADF se produise.

L’ADF est la teneur en résidus fibreux indigestibles contenus dans le fourrage comprenant la cellulose et la lignine. Un taux d’ ADF bas indique une digestibilité supérieure et en conséquence un foin de meilleur qualité. Les teneurs en ADF sont importantes car elles reflètent la capacité d’un animal à digérer le fourrage. Alors que la teneur en ADF augmente la digestibilité décroît. La cellulose au détergent neutre ou NDF est la teneur globale en éléments pariétaux dans le foin qui est partiellement disponible pour l’animal et qui est constituée de cellulose, hémicellulose et lignine. Alors que le taux de NDF augmente, la matière sèche décline généralement (ce qui signifie que l’animal en consommera moins). La teneur en NDF est très importante car elle permet d’estimer la fraction du fourrage, qui si elle est consommée par l’animal, doit être broyée en priorité par les microorganismes gastrointestinaux. La lignine est un hydrate de carbone non disponible ce qui est le facteur principal influençant la digestibilité des matériaux pariétaux de la plante. Lorsque la lignine augmente, la digestibilité, la consommation et les performances décroissent et la teneur en ADF et NDF augmente. Simultanément se produit un déclin de la teneur en protéines brutes ( la quantité totale de nitrogène dans le fourrage indique sa capacité à correspondre aux besoins de l’animal). Ainsi la Valeur Nutritionnelle Relative (un index qui classe les fourrages en fonction de l’apport en matière sèche digestible) décline avec la maturation.

Les hydrates de carbones complexes contenus dans le foin comprennent l’hémicellulose, la cellulose et la lignine, formant les éléments pariétaux de la plante. Ceci apporte des fibres dans le régime de l’animal et est important pour garder un système gastrointestinal en bonne santé. Les parties solubles et digestibles du foin sont avant tout le contenu de ces cellules. A fur et à mesure de la maturation l’hémicellulose se transforme en cellulose et n’est plus aussi digestible ce qui conduit à considérer le moment de la coupe comme un facteur primordial de la qualité du foin. Ce n’est pas tant la coupe mais la maturité de la plante au moment de la moisson qui importe. Si le foin est coupé à un stade précoce de sa maturation il est plus riche en nutriments et d’un vert plus foncé mais si on le laisse pousser plus longtemps, ce même foin sera plus grossier et épais, plus riche en cellulose et ne sera ni aussi digestible ni aussi nutritif, tout est une question de timing et de ce que Mère Nature vous permet de faire. Les feuilles des légumineuses et herbacées contiennent une plus grande concentration de nutriments digestibles que n’en contiennent les tiges. Il est donc facile de comprendre pourquoi la valeur nutritive des coupes successives (1ère versus 2ème versus 3ème) augmente tandis que la proportion de feuilles par rapport aux tiges augmente elle aussi. La seule manière d’obtenir une première coupe à plus haute valeur nutritive serait que le fourrage des seconde et troisième coupes soit trop mature de façon à décroître sa digestibilité, sa valeur nutritive et son appétence en comparaison avec un fourrage du même type ( luzerne, phléole des prés ou dactyle pelotonné) de première coupe réalisée avant floraison.

LES FACTEURS DE DIGESTIBILITE

Disons pour la clarté de la comparaison, que vous nourrissez votre lapin avec une portion d’un foin de seconde coupe qui a été coupé lorsque la plante était relativement immature, la valeur nutritionnelle et la digestibilité sont élevées et la teneur en cellulose est faible. Votre lapin pourra digérer plus de nutriments de ce foin et pourra maintenir ou gagner du poids selon la taille de la ration, le dynamisme de cet animal particulier et de l’environnement. Si ce même champ de foin avait poussé 1 semaine de plus, par exemple, la portion de fibres indigestibles aurait été plus importante, rendant ainsi le foin moins nutritif et appétant, et la teneur en énergie digestible que l’animal est capable de puiser dans ce foin aurait été moindre. Il serait donc nécessaire d’augmenter la portion de ce foin plus mature pour obtenir le même résultat.

Ce facteur de digestibilité est le facteur déterminant pour savoir quels bienfaits votre lapin va retirer d’un type de foin particulier. Vous pouvez donner une grande quantité de foin qui est peu digestible et maintient le lapin à son poids de forme mais si vous donnez un foin très digestible (un foin avec une valeur énergétique et des nutriments élevés) il faudra réduire la quantité pour maintenir le lapin à son poids idéal. Dans chaque portion de chaque coupe ( 1ère, 2ème, 3ème) il est possible d’avoir des taux variables de « digestibilité » variant selon le degré de maturité de la plante au moment de la moisson. Par conséquent nous entrons en désaccord avec le fait que le foin de première coupe soit d’emblée bradé, parce qu’il est considéré trop « grossier et plein de tiges ». Rien n’est plus éloigné de la réalité, en fait, nous sommes convaincus que beaucoup de propriétaires d’animaux devraient bénéficier d’un foin de première coupe de bonne qualité relativement immature. La valeur nutritionnelle est généralement plus en accord avec les besoins particuliers de l’animal de compagnie, et le bénéfice pour le système gastrointestinal et digestif de cette teneur élevée en fibres peut être inestimable. Si vous avez donné, un magnifique foin, vert foncé, plein de feuilles de 2ème ou 3ème coupe et que votre lapin a souffert d’une diarrhée, il y a de fortes chances pour que votre lapin se porte mieux avec un foin de première coupe riche en fibres, à partir du moment où il a été coupé avant d’arriver à maturité.

LA SELECTION DU FOIN

Beaucoup de propriétaires d’animaux de compagnie avec lesquels nous traitons, se basent sur l’aspect vert foncé, doux et feuillu du foin. Celui-ci est un foin très riches en nutriments, riche en protéines, probablement riche en graisses et calories et moins riche en fibre. Le marché du foin est demandeur de foin toujours plus « beau » de première coupe, et nous pensons en nous appuyant sur des bases cohérentes que ce foin est trop riche pour un animal de compagnie classique. En plus de ce foin « premium », beaucoup de propriétaires pensent que la quantité fait la qualité et donne un grand nombre de gourmandises, vitamines, minéraux et suppléments, que le lapin en ait besoin ou pas. En fait, on peut dire que nous les tuons avec notre gentillesse. Si vous choisissez un foin premium, alors supprimez toutes les friandises et tous les compléments.

Nous vous recommandons de vous renseigner sur les différents choix de foins disponibles tout au long de l’année. Achetez des échantillons de ceux que semblent convenir et testez-les. Ceci vous assure de pouvoir fournir à votre lapin un menu qu’il aime et un menu qui sera bon pour lui. Plus important encore, surveillez régulièrement l’apparence de votre lapin. Vous devrez avoir l’œil pour estimer la condition physique de votre lapin afin d’ajuster ou réduire ses portions selon ses besoins.

LE PROCESSUS DE CULTURE DU FOIN

La moisson : le foin est récolté avec un engin appelé une moissonneuse. C’est une machine automotrice avec un ensemble de rouleaux en caoutchouc au travers desquels le foin passe. Ce roulement saisit les tiges à intervalles de 7 cm environ ce qui permet une évaporation de l’humidité des tiges et décroît le temps de séchage. Plus le temps de séchage est court, plus la valeur nutritive du foin est élevée. La moissonneuse rejette alors le foin à l’arrière de la machine ce qui forme une rangée au sol appelée « andains».

Le séchage : Le processus de séchage réduit l’humidité du foin à 14%. Ceci grâce à l’action combinée de l’air (vent) et du soleil. Plus le temps de séchage est court, moins le soleil décolore le feuillage. Dans l’idéal, si les conditions sont optimales ceci prend 4 jours dans nos champs. Si les conditions sont moins idéales ce processus peut prendre jusqu’à 7 jours.

Le retournement du foin : à mesure que le foin sèche, le dessus de la fauchée sèche plus rapidement que le dessous. Cette manœuvre consiste à retourner le foin (les matériaux les plus humides se retrouvant au dessus) pour activer la processus de séchage et pour réaliser un séchage uniforme afin d’éviter la formation de petites mottes humides de foin. Cette manœuvre de retournement est réalisée uniquement lorsque la nature ne permet pas une durée de séchage optimale.

Confections des balles/ballots de foins : la botleuse/lieuse à foin est une machine qui attrape le foin et soulève la rangée de foin du sol, l’envoyant dans une chambre de compression où le foin est mis en ballots, la lieuse termine le ballot. La matière sèche habituelle perdue pendant cette manœuvre est estimée à 2 à 5% du champ, avec une perte équivalente lors du ramassage et de la mise en balle. La perte est plus importante si le ballot est formé trop rapidement. Les pertes causées par la chambre de compression varient selon le taux d’humidité de la récolte, avec des matériaux plus secs on a plus de perte. Lorsque le foin est mis en ballots la nuit, l’humidité des feuilles est supérieure, égale à l’humidité des tiges et les pertes de la chambre de compression peuvent être réduites de 50%. Nous mettons généralement le foin en ballots au milieu de la nuit lorsque les journées sont trop chaudes pour pouvoir mettre en ballots dans la journée et obtenir le taux d’humidité requis. La teneur en humidité, si elle peut être parfaitement obtenue, permet l’obtention de plus beaux ballots, bien emballés qui facilitent le fractionnement. S' il n’est pas possible d’obtenir un taux d’humidité parfait durant la mise en ballots, la balle, tout en ayant la même valeur nutritive, se désagrégera plus facilement lorsque les ficelles seront coupées et rendra le nourrissage plus désordonné. Il y a aussi plus de chances que cette perte de matière sèche (qualité poussiéreuse) existe dans du fois plus sec. Nous nous efforçons d’atteindre cette teneur idéale en humidité mais Mère Nature ne nous facilite pas toujours la tache, nous faisons donc de notre mieux. Nos balles à 2 ficelles pèsent 40-49 kilos. Nous n’utilisons aucun agent de séchage ni conservateur sur aucun de nos foins.

Chariot de balles de foin : les ballots sont retirés du champ à l’aide d’un chariot à balles. Cette machine est automotrice et remonte les ballots sur une plateforme et ensuite à travers tout une série de mouvements hydrauliques les empile dans le wagon. Lorsqu’on a chargé le bon nombre de ballots, le wagon est conduit vers une aire de stockage dans un coin du champ .Le wagon peut automatiquement empiler le foin dans une position correcte grâce à un élévateur et le placer en dessous de la pile de foin des balles pendant qu’un pied hydraulique presse la pile et la maintient en place.

ACHAT ET STOCKAGE DU FOIN

Acheter votre foin : dans notre ferme la période d’août à novembre est la meilleur période pour acheter du foin. La marchandise est généralement disponible en quantité à cette période de l’année car les récoltes ont été faites pour le reste de l’année, le prix est le meilleur de la saison et le choix est le plus large. Lorsqu’un type particulier de foin est totalement vendu ce type de foin ne peut plus être disponible avant la récolte de l’année suivante. Le foin est cultivé uniquement pendant une courte partie de l’année donc si vous souhaitez acheter du foin en dehors de la période de récolte, le foin que vous achetez est stocké dans un hangar de stockage. De grandes quantités de foin (des centaines de milliers de tonnes) sont stockés dans des granges couvertes ou des aires de stockage professionnelles dans l’est de l’état de Washington, où l’humidité est basse.

Stocker le foin chez vous : Le foin qui a été correctement empaqueté et mis en ballots et a été stocké correctement peut rester plusieurs années dans la balle. Les balles qui ont été ouvertes doivent être stockées à température ambiante ou plus fraîche dans un endroit sec et abrité du soleil (qui peut détruire les nutriments). Une poubelle ou un container similaire qui n’est pas privé d’air peut être utilisé. Votre foin a besoin de respirer, puisqu’il a naturellement un taux d’humidité qui peut se transformer en moisissure si le foin est enfermé dans un sac ou un containeur fermé. Ne stockez pas votre foin dans des sacs plastiques fermés. Un foin bien stocké, sélectionné rigoureusement pour sa richesse en fibres peut fournir à votre lapin un régime sain pour toute l’année. La connaissance du foin permet de nourrir votre lapin avec le bon type et la bonne quantité de foin.

Tous droits réservés - House Rabbit Society
Toute reproduction et/ou diffusion partielle ou totale sont interdites.
Traduit de l'anglais par Marguerite & Cie le 27 juillet 2008 avec l'aimable autorisation de la House Rabbit Society
D'après "Hay in Your Bunny's Diet" de Linda Sterett-Fogarty disponible sur le site de la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/journal/4-7/hay.html
La House Rabbit Society n'est pas responsable de l'exactitude de la traduction
The House Rabbit Society is not responsible for accuracy of the translation
Pour contacter la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/hrs-info/feedback.html