Pour une longue vie : Les check up gériatriques

Elizabeth TeSelle en collaboration avec Cindy McBee, DVM (Docteur en Médecine Vétérinaire)

Nul besoin de le dire, quand nous avons appris que le taux d'enzymes hépatiques de notre Zoé, alors âgée de six ans, était élevé, nous avons été inquiets. Nous avions vu assez de lipidoses hépatiques chez les chats quand nous travaillions chez un vétérinaire pour savoir à quel point cet état peut devenir grave; et depuis, grâce ma propre expérience, pour savoir que les lapins répondent en général moins bien au traitement que les chats. J’étais prudente dans le fait de vouloir essayer les tests diagnostiques les plus invasifs. Maintenant que la crise est passée et que Zoé est plus en forme que jamais, je suis juste reconnaissante de m'être toujours autant acharnée à poursuivre les check-up gériatriques pour nos vieux animaux.

Avant le diagnostic, Zoé ne montrait aucun signe de maladie hépatique. Son appétit était bon, elle semblait en bonne santé et heureuse et ses petits accidents occasionnels en dehors de la litière ressemblaient plutôt aux réticences d’une vieille dame à sauter par dessus le rebord que j’utilisais pour sa caisse. Ainsi, si je ne le l’avais pas emmenée pour un examen sanguin de routine, nous n’aurions peut-être découvert son problème que trop tard.

Commencer tôt les contrôles

Marc et moi avons demandé des contrôles sanguins de routine pour nos vieux animaux des années avant que notre chat Lenny meure d’une insuffisance rénale et nous avons appris que beaucoup de maladies graves ne se manifestent que quand les organes ou les systèmes impliqués sont trop atteints pour que la médecine vétérinaire puisse encore y faire quelque chose. Le pari le plus sûr est de commencer les prises de sang de routine dès que le lapin a quatre ans. Pour s’assurer de ce qui est normal chez ce lapin en particulier (beaucoup de vétérinaires n’ont pas accès à des valeurs normales fiables pour les lapins), ayez établi une "base de données" quand le lapin est jeune pour la biochimie sérologique, la Formule Sanguine Complète (FSC) et les analyses d’urine. Si, plus tard, certaines valeurs sont significativement différentes de celles des données de base, vous et votre vétérinaire saurez qu’il se passe quelque chose d’anormal et serez capables d’examiner les causes possibles avant que les signes cliniques en eux-mêmes ne se manifestent.

Comparées à beaucoup de valeurs de référence publiées que le Dr. MacBee et moi avions consultés, le niveau des enzymes hépatiques de Zoé ne nous semblait pas si terriblement élevé. Cela est dû en partie au fait que les normes publiées varient jusqu’à plus de 100 unités pour les enzymes hépatiques, indiquant qu’il existe peu de concordances quant à ce qui est considéré comme "normal" chez le lapin. Cette inexactitude est précisément ce que la Banque de Données de la Santé du Lapin de la HRS est en train d’essayer de rectifier en accumulant les résultats des prises de sang chez les lapins de compagnie à travers tout le pays (plutôt que chez des lapins de laboratoire qui ont des vies relativement courtes et anormales).

Deux fois par année après 7 ans

Dans notre foyer, nous mettons en place une base de données pour la biochimie sérologique et les FSCs (Formule Sanguine Complète) à partir du moment où les lapins atteignent deux ou trois ans. Quand ils ont quatre ans, nous commençons à faire des prises de sang chaque année et, avec Zoé, qui a maintenant sept ans, nous les effectuons deux fois par an. Elle passe un examen complet chaque année, mais à chaque check-up semestriel nous nous limitons à la biochimie et à la FSC (qui permettent de mettre en évidence les "points forts"). Cette méthode permet d’économiser de l’argent et de réduire la quantité de sang qui doit être prélevée. A cause des enzymes hépatiques élevées par le passé chez Zoé, nous voulons nous assurer de les contrôler à chaque consultation.

Les échantillons d’urine ne sont pas toujours faciles à obtenir chez les lapins, mais avoir une base de données de l’analyse d’urine effectuée assez tôt est une bonne idée. Pour obtenir un échantillon d’urine, mettez le lapin dans une petite cage avec un sol en grillage et sans bac à litière, planche de repos ou foin. Si possible, enveloppez le bac de la cage d’un sac plastique avant de le glisser sous la grille pour s’assurer que l’échantillon restera le plus propre possible. Laissez le lapin dans la cage jusqu’à ce qu’il urine, soyez certain de contrôler assez souvent pour éviter la contamination de l’urine par les fèces. Utilisez une seringue pour prélever l’urine proprement du bac et réfrigérez l’échantillon jusqu’à ce que vous puissiez l’amener chez le vétérinaire (faites-le le plus rapidement possible).

Bien sûr, tous ces tests de laboratoire ne sont pas très utiles si vous ne savez pas ce que vous rechercher. Tenir un tableau précis qui résume les résultats des examens sanguins d’année en année vous permet, ainsi qu’à votre vétérinaire, de comparer plus facilement les résultats et de repérer la moindre modification avant qu’elle ne signale un problème majeur. Ces archives peuvent être gardées dans un carnet, un ordinateur ou un dossier. Mais quoique vous choisissiez pour organiser vos archives, gardez les le plus possible exactes et à jour. Si vous devez avoir recours à un examen de laboratoire dans une clinique d’urgence, vos propres notes seront très précieuses pour le vétérinaire de garde qui ne pourra pas obtenir les valeurs de votre vétérinaire habituel avant le lendemain matin.

Bien qu’un nombre croissant de vétérinaires encouragent les check-up gériatriques pour les vieux chats et chiens, la plupart ne sont pas habitués à faire de même pour les lapins. Toutefois, votre vétérinaire sera heureux que vous vouliez obtenir le meilleur en médecine préventive pour votre lapin et sera prêt à travailler avec vous pour obtenir les valeurs normales et analyser les résultats des tests de votre lapin. La plupart des vétérinaires qui sont réellement intéressés par les lapins sont heureux d’avoir la chance d’effectuer des examens sanguins et des analyses d’urine car leurs propres connaissances sur la médecine des lapins augmentent à chaque résultat. Plus important, effectuer un planning d’examens de laboratoire réguliers peut très bien sauver la vie à votre lapin. Il est sûr que le fait d’avoir découvert assez tôt le problème de Zoé nous a permis de faire quelque chose de considérable pour elle ; si nous avions attendu, il aurait été bien trop tard. Il est vital que nous tirions avantage de cette méthode relativement indolore pour tester leur "santé intérieure" afin de les garder auprès de nous le plus longtemps possible. Grâce à une meilleure médecine des lapins et des check-up gériatriques, nous pourrons leur offrir une vie toujours plus longue.

Références :
1. Manuels de laboratoire animal et textes vétérinaires contenant des tables des valeurs hématologiques « normales » chez les lapins. Parmi eux, les plus complets sont :
- The Biology of the Laboratory Rabbit, Ed. Steven H. Weisbroth, Ronald E. Flatt et Alan L. Kraus (NY. Academic Press, 1974, 62-68)
- Handbook of Laboratory Animal Science, Vol. 11, Ed. Edward C. Jr. Melby et Norman H. Altman (Cleveland : CRC Press, 1974, 366-402)

Tous droits réservés - House Rabbit Society
Toute reproduction et/ou diffusion partielle ou totale sont interdites.
Traduit de l'anglais par Line Baumberger pour Marguerite & Cie le 23 avril 2009 avec l'aimable autorisation de la House Rabbit Society
D'après l'original "To a Long Life: Geriatric Workups" par Elizabeth TeSelle en collaboration avec Cindy McBee, DVM, disponible sur le site de la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/journal/3-2/geriatric.html
La House Rabbit Society n'est pas responsable de l'exactitude de la traduction
The House Rabbit Society is not responsible for accuracy of the translation
Pour contacter la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/hrs-info/feedback.html