Soins aux malades chroniques III

Par Marinell Harriman
En collaboration avec Marliess Geissler, Docteur en Médecine Vétérinaire.

Votre vétérinaire vient juste de vous informer que votre lapin ne guérira pas de sa maladie actuelle. Vous êtes confronté à la décision de l’euthanasier ou de le maintenir en vie le plus longtemps possible. L’expérience que nous voulons partager fait partie du second choix. En aucun cas nous ne conseillons de garder en vie un animal souffrant d'une maladie en phase terminale au nom d'une amitié de longue date. Mais parfois, la souffrance est seulement imaginée par l'observateur. Pensez à cela avec l’aide de votre vétérinaire.

PAR CONVENANCE

Si votre animal n’éprouve pas de douleur physique et que n’êtes pas intéressé par une "euthanasie de convenance", vous aurez besoin de planifier une routine qui minimisera ce qui n'est justement pas à votre convenance.

Votre lapin peut être handicapé par une blessure, une maladie ou par le fait qu’il devienne âgé. Le handicap inclut en général des problèmes de mobilité et l’incontinence. Ajoutez à cela une fonction spéciale du lapin, la coprophagie (traité dans le HRJ Vol.I N°4), et vous aurez quelques problèmes à résoudre pour lui.

TRAITEMENT MEDICAL

Si votre lapin souffre d’une maladie en phase terminale, il recevra un traitement pour la ralentir et la rendre plus confortable. Si la maladie s’étale sur le long terme et est chronique, votre rôle sera en grande partie d'apporter un soulagement. La plupart de vos efforts tendront à garder votre lapin propre et exempt d'escarres et de brûlures dues à l’urine, à prévenir la perte de poids excessive et à appliquer toute thérapie physique prescrite.

NOURRITURE ET BOISSON

Discutez d’un régime approprié et de suppléments vitaminés avec votre vétérinaire. Les besoins spécifiques dépendent du type de maladie. Les lapins anorexiques peuvent être nourris avec du Critical Care ou des granulés humidifiés grâce à une grande seringue orale (ou avec une plus petite dont l’extrémité a été coupée).

Parfois, un lapin qui mange mal ne boit pas bien non plus et peut se déshydrater. Votre vétérinaire peut vous apprendre à injecter des liquides par voie sous-cutanée (sous la peau).

MATERIEL

La première nécessité est une petite cage portable, dans la mesure du possible deux cages. Vous pouvez vouloir le laisser dans une grande cage bien achalandée quand vous êtes loin de la maison, mais vous pouvez le trimballer avec vous dans quelque chose de plus petit quand vous êtes à la maison et l’avoir ainsi auprès de vous à la table du dîner ou devant la TV le soir. S’il n’est pas capable de se déplacer de lui-même dans la maison, c’est votre travail de lui offrir un peu de variété.

La plupart des lapins paralysés arrivent mieux à boire dans des biberons attachés sur le côté de la cage que dans des bols. D’autre part, les granulés sont plus faciles à gérer dans une gamelle plate et lourde, ne dépassant pas 5 cm de profondeur. Ses friandises peuvent être placées directement sur sa couverture.

Oui, j’ai dit couverture. Une des plus grandes inventions pour les lapins invalides est la couverture lavable, qui sèche rapidement, douce, en mouton synthétique. Procurez-vous-en un lot et changez-les quotidiennement. Considérez-les comme des couches. Vous pouvez même les laver à la main et les suspendre pour les faire sécher. Le rembourrage aide à prévenir les "escarres d’alitement".

INCONTINENCE

Quand le lapin perd le contrôle de sa vessie, son entrejambe devient trempé d’urine car il ne peut pas la projeter loin de son corps. Il en résulte de sévères brûlures dues à l’urine et une perte de poils. La brûlure peut être traitée avec une application généreuse de Panalog*. Cette pommade formidable fait des merveilles sur la chair irritée et dissout aussi les excréments encroutés. Une fois que l’inflammation a été soulagée, on peut utiliser de la Vaseline pour protéger la peau de l’urine. Un lapin incontinent doit être gardé strictement en intérieur. A l’extérieur, il sera victime des mouches (asticots) en très peu de temps. La fourrure des lapins met longtemps à sécher. Pour cette raison, j’ai appris à donner des bains abrégés, parfois consistant uniquement à doucher l’arrière-train à l’eau courante. Ces tâches deviennent une routine et non une corvée.

*NDT : Crème antibiotique, anti-inflammatoire, antifongique et calmante en cas de brûlure, pour animaux, utilisée aux USA.

EXEMPLES NOTABLES

Scooter a passé la dernière année de sa vie avec nous. Paraplégique à son arrivée chez nous, son état physique ne s’est jamais amélioré. Souvent, il a rebuté les visiteurs qui nous ont pressés de le délivrer de ses souffrances. Que pouvions nous faire pour cet animal sans espoir? Nous pouvions lui procurer un environnement plaisant, près de la fenêtre de la cuisine, et un peu d’exercice physique en lui permettant de trottiner sur le sol du salon. (Nous protégions notre tapis en le déposant au sol après qu’il avait uriné.)

Le réel point fort de sa journée était étonnamment son bain, qui était nécessaire pour réduire l’accumulation d’urine et de fèces. Mon mari le séchait avec une serviette en face du radiateur et Scooter passait une bonne partie de la soirée sur les genoux de Bob à se faire grattouiller, caresser et nourrir avec des tranches de banane.

Melinda avait un énorme abcès dans le thorax. C’était inopérable. Sa capacité pulmonaire était tellement réduite que le moindre stress la laissait suffocante. La prise des radiographies l’avait tellement stressée qu'elle avait dû être mise sous oxygène.

Combien de temps lui restait-il ? Deux heures ? Deux jours ? Devions-nous l’aider à partir ou la laisser mourir naturellement à la maison ? Serait-ce douloureux ? Avait-elle quelque chose pour lequel vivre à ce moment ? Je pensai à son compagnon adoré qui attendait son retour. Nous décidâmes de la reconduire à la maison.

De la tétracycline dans l’eau de boisson ralentit la croissance de l’abcès suffisamment pour lui donner deux mois supplémentaires durant lesquels les deux lapins mangèrent et dormirent ensemble, se léchant et se nettoyant mutuellement, et jouant même un peu. Une nuit, elle fut trop fatiguée et mourut tranquillement dans son sommeil.

Peggy est arrivée chez nous récemment avec une infection oculaire, un corps tordu et une patte arrière amputée. Ajoutez à cela des crottes molles qui étaient étalées dans le fond de la cage parce qu’elle ne pouvait pas se déplacer assez bien pour utiliser un bac à litière ou se laver elle-même.

Comment pouvons-nous donner une vie décente à ce lapin ? Des gouttes de Gentocin pour ses yeux ont aidé. Un sol en lattes m’a aidé. Depuis, je peux le nettoyer plus facilement avec de l’eau vinaigrée. Et comme nous avions sous la main un mâle avec un bon caractère, malade chronique, solitaire et castré, nous avons donné les deux lapins l’un à l’autre.

Personne ne sait combien de temps il leur reste ou quelles sortes de souffrances ils ont pu rencontrer. Ce qui importe est que chaque jour précieux soit vécu et apprécié comme une expérience de vie à part entière.

Tous droits réservés - House Rabbit Society
Toute reproduction et/ou diffusion partielle ou totale sont interdites.
Traduit de l'anglais par Line Baumberger pour Marguerite & Cie le 15 janvier 2009 avec l'aimable autorisation de la House Rabbit Society
D'après l'original "Caring for the Chronically Ill" par Marinell Harriman disponible sur le site de la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/journal/1/critically-ill.html
La House Rabbit Society n'est pas responsable de l'exactitude de la traduction
The House Rabbit Society is not responsible for accuracy of the translation
Pour contacter la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/hrs-info/feedback.html