Suite Nuptiale pour Lapins

de Nicki Piersol-Freedman

J’allais commencer un nouveau travail à plein temps qui m’obligerait à être loin de la maison. Cela signifiait que Jasmine, notre bélier nain, verrait ses 16 heures de liberté quotidienne dramatiquement réduites. Cette perspective nous peinait, mon mari et moi. L’idée qu’elle puisse passer autant d’heures seule dans une cage nous paraissait inacceptable. De plus, nous pensions depuis quelques temps que la cage avec laquelle elle était arrivée chez nous était trop petite. Je savais que la liberté manquerait à Jasmine et nous étions inquiets des heures qu’elle passerait seule, puisque nous ne pouvions pas la laisser avec les chats pendant la journée.

Dave, mon mari, et moi nous sommes creusés la tête pour trouver une solution convenable pour Jasmine. Devions-nous continuer à la laisser dans sa cage trop petite ou tout simplement ne plus se préoccuper de ça ? (Impossible !) Devais-je essayer d’engager quelqu’un pour la laisser sortir quelques heures pendant la journée tout en étant surveillée ? (Trop cher !) Devais-je peut-être la prendre avec moi au travail ? (Trop stressant pour elle). Aussi fou que cela puisse paraître, je commençais à me demander si je devais accepter ce poste.

Tout cela, c’était avant que nous trouvions "la solution". Depuis quelques temps, j’avais remarqué que Jasmine tentait de se rapprocher de l’un de nos chats, Zachary. Il était sympa avec elle, mais c’était évident qu’il n’était pas aussi câlin avec elle qu’elle l’aurait souhaité. Les tentatives de Jasmine pour avoir un petit câlin nous avait amené à nous demander s’il fallait lui offrir un petit compagnon. Mon esprit me rappelant que mon travail commençait dans deux semaines, il fallait faire quelque chose.

Premièrement, pour mon anniversaire, j’ai convaincu mon mari de construire un bunny-condo qui, je le sentais, donnerait à Jasmine beaucoup d’espace pour son bac à litière, ses gamelles pour la nourriture et l’eau, ses jouets, et le plus important, beaucoup d’espace pour faire de l’exercice. Nous nous sommes mis au travail et avons élaboré la maquette de ce qui deviendrait, avec un peu de chance, le nouveau logement de Jasmine. Je dois admettre que j’étais anxieuse quant au changement de son habitat. Et si Dave s’était donné tant de mal et qu’elle refusait d’y aller ? Inutile de dire que je ne lui fis pas part de mes doutes pendant qu’il construisait le bunny-condo ! Durant le week-end de trois jours du “President Day”, il a travaillé dessus sans s’arrêter. Le lundi dans l’après-midi, c’était terminé. La nouvelle résidence pour lapin était un duplex avec moquette sur tous les murs au deuxième étage. Après avoir suivi les morceaux de sa friandise préférée (des quartiers de pommes séchées) qui conduisaient à la rampe, Jasmine a finalement compris comment se rendre au deuxième étage. Elle a passé le reste de la journée à monter et descendre, simplement pour nous prouver qu’elle pouvait très bien le faire seule. Sa nouvelle maison posée contre la fenêtre, elle pouvait regarder à l’extérieur et voir les oiseaux dans les arbres. Cerise sur le gâteau, Dave avait mis de la moquette sur le toit du bunny-condo, ainsi les chats pouvaient également apprécier la vue. Jasmine avait sa nouvelle maison et les chats à proximité d’elle, ces derniers ayant décidé que le toit était dorénavant le seul endroit digne pour se relaxer.

Toutefois, ce n’était qu’un début. Après les innombrables débats sur le sexe, l’âge, la taille, la race, etc, nous avons décidé d’adopter un petit copain lapin pour Jasmine. J’ai appelé des refuges ne pratiquant pas l'euthanasie dans les environs à la recherche de lapins et j’ai finalement contacté un membre de la House Rabbit Society, Ann Rooney. Ann avait sauvé quelques lapins qui étaient à adopter dans son refuge. Après avoir passé plusieurs semaines à réfléchir longuement sur : Quel lapin ? Devions-nous vraiment en prendre un autre ? Faisions-nous le bon choix ? Est-ce que Jasmine serait fâchée ? etc, etc, notre choix s’est finalement porté sur un mâle, Apollo, un lapin nain de 3 ans et demi, très mignon et affectueux.

En choisissant Apollo, nous avions un souci majeur. Pourrait-il être castré à cet âge ? Après avoir passé de nombreux appels aux membres de la House Rabbit Society afin de nous renseigner au sujet des tests à effectuer pour les reins, de suivre des amis chez leur vétérinaire, nous avons finalement décidé de rencontrer le vétérinaire d’Ann Ronney, car elle le trouvait bien pour les lapins. Un prélèvement nasal fut effectué sur Apollo, car selon le Dr Zanotti, ce dernier est un bon indicateur seulement si le résultat est soit dans la coloration « jaune » (bon), soit dans la coloration « verte » (mauvais). Si le résultat était dans une couleur du milieu, nous aurions du faire passer un test sanguin à Apollo. Nos cœurs battaient fort, nous avions déjà beaucoup d’affection pour Apollo ; Que ferions-nous s’il ne passait pas le test ? Finalement, nous n’avions pas besoin de nous inquiéter, Apollo était « dans le jaune ».

Ce jour là, il a eu son opération en début d’après-midi et nous l’avons ramené à la maison le soir même. Après une rencontre accidentelle entre les deux lapins, l’introduction officielle s’est déroulée environ deux semaines après l’opération. Nous nous sentions tout à fait prêts pour la grande rencontre. Nous avions lu les meilleures techniques, discuté avec des personnes qui avaient déjà tenté l’expérience, et nous nous passions toutes ces informations en boucle dans nos têtes, encore et encore. Alors qu’Apollo faisait ses premiers pas dans la salle à manger où il avait été en quarantaine, nous croisions les doigts. Est-ce que Jasmine essaierait de le tuer ? Ou l’ignorerait-elle complètement ? Essaieraient-ils de s’asticoter et devraient donc être séparés pour le reste de leur vie ? Regretterions-nous le jour où nous avions eu cette bonne idée ? Dès qu’il a sauté dans la cuisine (dans le territoire de Jasmine), nos peurs se sont envolées. Immédiatement, Jasmine a incliné sa tête dans sa direction en guise de présentation. Cela nous mis les larmes aux yeux ! Ensuite, ils se sont reniflés, découverts et se sont suivis comme des fous.

Depuis ce jour, nous avons deux petits lapins qui se câlinent, se toilettent, se lèchent et qui jouent. Ils sont si bien ensemble qu’ils sortent difficilement de leur suite, dans laquelle ils sont en perpétuelle lune de miel. Jasmine nous a fait comprendre qu’elle avait besoin d’un ami et heureusement nous l’avons entendue. Ces deux-là nous apportent une joie immense et beaucoup de rires dans nos vies.

Tous droits réservés - House Rabbit Society
Toute reproduction et/ou diffusion partielle ou totale sont interdites.
Traduit de l'anglais par Melody Diana pour Marguerite & Cie le 05 février 2009 avec l'aimable autorisation de la House Rabbit Society
D'après l'original "Bunnymoon Suite" de Nicki Piersol-Freedman disponible sur le site de la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/journal/1/bunnymoon.html
La House Rabbit Society n'est pas responsable de l'exactitude de la traduction
The House Rabbit Society is not responsible for accuracy of the translation
Pour contacter la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/hrs-info/feedback.html