Maladies et calculs urinaires chez le lapin

Sue A. Kestenman, Docteur en Médecine Vétérinaire

Signes avant-coureurs

Une personne observatrice peut souvent détecter une maladie urinaire chez son lapin avant que le lapin ne devienne léthargique, anorexique ou que sa vie soit mise en danger. Les signes précoces d’un trouble varient d’un lapin à l’autre, mais il vous faut demander conseil à un vétérinaire si l’un des comportements suivants apparaît : le lapin n’urine plus dans sa litière alors qu’il était propre, douleur lors de la miction, il entre et sort nerveusement du bac à litière, souillure dans la région génitale ou irritation chronique de la peau dans la zone brûlée par l’urine, urine partiellement solide (comme de la pâte dentifrice) ou sang dans les urines. La présence de sang peut être confirmée par une analyse urinaire ou un examen microscopique par le vétérinaire ou encore par des bandelettes urinaires qui peuvent s’acheter en vente libre dans une pharmacie. De nombreuses personnes confondent la porphyrinurie (présence de colorants oranges à rouges dans l’urine des lapins due à la digestion de la chlorophylle et autres végétaux) et l’hématurie (présence de sang dans l’urine).

Diagnostique

Tout animal montrant des signes cliniques comme ceux mentionnés ci-dessus doit être examiné par un vétérinaire. Un vétérinaire expérimenté dans la médecine des lapins pratiquera une analyse urinaire et des radiographies (rayons X) comme étapes préliminaires dans le diagnostique de problèmes urinaires. Comme les calculs et la « boue » urinaires sont composés principalement de calcium, il est possible de les détecter sur des radiographies. Votre vétérinaire doit être familier avec les valeurs normales des analyses urinaires chez les lapins et l’apparence radiographique de leur vessie. De nombreux lapins en bonne santé ont du matériel radio-opaque dans leur vessie mais sans qu’une analyse urinaire anormale ou des signes cliniques puissent confirmer une maladie urinaire. Une fois que le problème urinaire est confirmé, une culture d’urine, des tests chimiques du sérum (partie du sang) et une analyse hématologique complète vont aider le vétérinaire à déterminer l’étendue de la maladie et la manière de traiter le problème chez votre lapin en particulier.

Quand des calculs sont détectés

Le traitement d’un patient présentant réellement des calculs urinaires nécessite un retrait des pierres, car elles se résorbent rarement d’elles-mêmes et qu’il n’y a pas de moyen connu pour les dissoudre. Si ces calculs sont laissés sans surveillance, ils vont continuer à se développer et ainsi irriter et endommager la paroi de la vessie, provoquant une infection chronique et une inflammation de la vessie (cystite). Cela rend le lapin gravement malade. Selon l'état de santé du lapin au moment du diagnostique, le vétérinaire doit d’abord stabiliser le patient avec une fluidothérapie (perfusion), une alimentation par sonde naso-gastrique ou l’administration d’antibiotiques en vue de la chirurgie. En postopératoire, les lapins requièrent au minimum deux jours d’hospitalisation pour assurer la fluidothérapie et la gestion de la douleur avant d'être autorisés à rentrer à la maison.

Bladder Stone

[Photo : Ces pierres urinaires ont été excrétées (très douloureusement) chez une lapine de 6 livres. Des crottes du même lapin sont montrées pour comparer. Dans la plupart des cas, les pierres de cette taille doivent être retirées chirurgicalement.]

« Sable » dans la vessie

Si un lapin n’a pas de calculs urinaires mais présente une accumulation de « boue » ou de « sable » épais dans la vessie causant un désagrément ou une maladie, la chirurgie peut généralement être remplacée par un traitement médical. Il est également recommandé de contrôler l’état de santé général du lapin, non seulement avec les analyses urinaires et les radiographies comme mentionné ci-dessus, mais aussi avec une culture d’urine, une analyse des valeurs chimiques du sérum et valeurs hématologiques. Cela aidera le vétérinaire à déterminer le stade de l’infection et de la maladie, et indiquera si d’autres organes, comme les reins, sont touchés. Les lapins avec des maladies de « vessies boueuses » requièrent quelques jours d’hospitalisation pour recevoir une thérapie hydrique et antibiotique avant d'être autorisés à rentrer à la maison. Une aide manuelle de la part du vétérinaire pour évacuer une « boue » épaisse de la vessie peut être nécessaire et parfois, on utilise des analgésiques pour contrôler la douleur de la vessie et de l’urètre ainsi que les spasmes.

Les soins à domicile des lapins (après un traitement complet à la clinique) vont durer un minimum de dix jours d'antibiothérapie continue. Parfois, plusieurs semaines d’antibiotiques peuvent être prescrites si les cultures urinaires ont montré une infection sévère. Des modifications de l’alimentation sont incontournables pour éviter les récidives de maladies urinaires.

Les lapins (âgés de plus de 6 mois) qui souffrent de problèmes urinaires ne doivent plus avoir de granulés à disposition, ou seulement en quantité très réduite. Ils doivent recevoir des légumes frais et variés (au moins une tasse par jour ou plus), en excluant ceux contenant beaucoup de calcium comme le chou frisé en branche. Il ne faut pas donner de foin de luzerne, mais du foin de phléole ou d’herbe doit toujours être disponible à volonté. Les animaux présentant un surpoids doivent être encouragés à faire de l’exercice au minimum une heure deux fois par jour. Cela peut se faire sous forme de jeu, en le laissant vous chasser, puis en le chassant, dans les escaliers et dans toute la maison. Certains lapins pourront passer un temps considérable à vous ramener une balle en métal. Il existe de nombreux moyens d’avoir du plaisir à deux tout en lui faisant faire de l’exercice.

Tous les lapins présentant des colonies bactériennes dans les cultures urinaires doivent repasser ces examens d’analyse urinaire après l’arrêt de l'antibiothérapie pour s’assurer que l’infection est résorbée. Enfin, malgré tous les traitements décrits et les modifications alimentaires, il arrive que les calculs urinaires réapparaissent chez certains lapins. De fréquentes visites chez le vétérinaire (au moins tous les six mois) sont alors importantes pour vérifier, à l’aide de radiographies, l’absence de récidive. Si elles sont repérées assez tôt par une personne observatrice, les maladies urinaires devraient être maîtrisées et ne devraient pas avoir de répercussions sur la santé ou l’espérance de vie du lapin.

Articles connexes

Lowering Blood Calcium

Références

1. Veterinary Clinics of North America, Small Animal Practice, Jan 94.
2. Robert Clipsham, DVM, Veterinary Post Graduate Institute Conference, Seattle 1993 “Clinical Considerations for Pet Rabbits” conference notes P265.

Tous droits réservés - House Rabbit Society
Toute reproduction et/ou diffusion partielle ou totale sont interdites.
Traduit de l'anglais par Line Baumberger pour Marguerite & Cie le 30 mai 2008 avec l'aimable autorisation de la House Rabbit Society
D'après l'original "Bladder Disease and Bladder Stones in the Rabbit" par Sue A. Kestenman, DVM disponible sur le site de la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/journal/3-5/bladder-disease.html
La House Rabbit Society n'est pas responsable de l'exactitude de la traduction
The House Rabbit Society is not responsible for accuracy of the translation
Pour contacter la House Rabbit Society : http://www.rabbit.org/hrs-info/feedback.html